Londres : Nouvelles interpellations

L’enquête sur la tentative d’attentats de Londres s’est brusquement accélérée ces derniers jours. Quatre hommes dont l’un que certaines sources présentent comme le principal suspect ont été arrêtés tôt mercredi à Birmingham (nord de l’Angleterre). L’un des poseurs de bombes figure parmi ces personnes interpellées. 
Selon Scotland Yard, l’un des hommes arrêtés avait été immédiatement envoyé à Londres pour y être interrogé. Il a été transféré dans une prison de haute sécurité. Les trois autres, arrêtés quelques heures plutard à Birmingham, devraient être interrogés séparément sur place, a précisé un responsable de Scotland Yard. La police métropolitaine de Londres a refusé de commenter les liens éventuels entre ces deux séries d’arrestations. Le suspect transféré à Londres a été interpellé vers 03h30 GMT sur Heybarnes Road, dans le quartier de Hay Mills. Il aurait apparemment cherché à résister aux policiers intervenant dans ce quartier où vit une forte communauté immigrée. Les agents ont utilisé un fusil paralysant lors de son arrestation, dans le quartier de Haymills, puis ont découvert dans son domicile un colis suspect et ont fait évacuer les rues avoisinantes, sans doute pour faire exploser le paquet. Selon la BBC, l’homme portait un sac à dos.
«L’homme a été maîtrisé pendant l’opération sans qu’aucune arme à feu ne soit déchargée », a déclaré une porte-parole de la police.
Les trois autres hommes arrêtés dans un autre quartier de Birmingham, deuxième ville du pays, ont été transférés vers un poste de police du comté des West Midlands. Les investigations, conduites dans le cadre des lois antiterroristes, se poursuivent dans les deux zones concernées. Mardi soir, le chef de Scotland Yard Ian Blair avait souligné que l’enquête sur les attentats de Londres "avance à une vitesse stupéfiante. Nous faisons un travail excellent", s’était-il félicité. Mais il avait aussi souligné que les forces de police étaient engagées dans une véritable course contre la montre pour retrouver les quatre auteurs des attentats ratés du 21 juillet. Contrairement au 7 juillet, les bombes n’avaient pas explosé et personne n’avait été blessé.
L’opération Aethra, nom de code donné par Scotland Yard à l’enquête sur ces attentats ratés, s’est également concentrée sur un appartement du nord de Londres qui semble avoir été le repaire des fugitifs. Une voiture appartenant à l’un des quatre hommes recherchés, a été saisie à proximité. Depuis lundi soir, les services spécialisés de Scotland Yard passent au peigne fin l’appartement 58 de Curtis House, un immeuble du quartier de New Southgate. L’appartement était occupé par Mokhtar Saïd Ibrahim, 27 ans, et Yacine Hassan Omar, 24 ans, deux des quatre auteurs des attentats ratés.
De nouvelles informations ont émergé sur les deux hommes. Mokhtar Saïd Ibrahim a été condamné en février 1996 à une peine de cinq ans de prison, a révélé mercredi le quotidien populaire The Sun. Selon ce journal, Mokhtar Saïd Ibrahim est arrivé en Grande-Bretagne en 1992 à l’âge de 14 ans en provenance d’Erythrée. Il faisait partie d’une bande de jeunes délinquants rackettant des adolescents, dévalisant des particuliers sous la menace d’un poignard dans les rues de Royston (sud-est de l’Angleterre). Il a obtenu son passeport britannique en septembre 2004 en dépit de son casier judiciaire. Yacine Hassan Omar, Somalien, également arrivé en 1992 à l’âge de 11 ans, dispose lui d’un titre de séjour illimité depuis l’an 2000.
De son côté, le Premier ministre britannique Tony Blair a estimé qu’une bonne partie de la communauté internationale a baissé la garde après le choc initialement provoqué par les attentats suicide du 11 septembre 2001. « Il ne fallait pas céder "un pouce" aux terroristes », a-t-il ajouté. Par ailleurs, Blair a demandé à la classe politique d’accepter un renforcement des lois antiterroristes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *