L’ONU à Jénine : La presse sceptique

Le quotidien saoudien «Al-Bilad» écrit que «le monde arabe n’a pas besoin de plus de tromperies et de perte de temps». Evoquant la guerre d’extermination contre le peuple palestinien, le journal estime que le Conseil de sécurité «confirme au fil des jours son statut d’instance de protection des intérêts de l’Occident et d’Israël». Un autre quotidien saoudien, «Okaz», déplore «l’attitude contradictoire des Etats-Unis au Conseil de sécurité» en référence aux hésitations de Washington sur l’envoi d’une mission à Jénine.
A Baghdad, le quotidien «Al-Iraq» estime, sous le titre «Les faits n’ont pas besoin d’être établis», que Washington cherchait, en approuvant l’envoi d’une équipe à Jénine, à «couvrir son alignement total» sur Israël. Et de préciser que la résolution 1405 a été votée après que «les forces sionistes eurent achevé leur mission ignoble à Jénine et dans les autres villes palestiniennes».
«Les faits (à Jénine) n’ont pas besoin d’être établis mais d’être dénoncés», a déclaré pour sa part Saâd Kassem Hammoudi, un responsable du parti Baas, au pouvoir à Baghdad, qui dirige une association de soutien à l’Irak. Le Conseil de sécurité devrait «traduire les responsables des crimes commis devant la justice comme des assassins», a ajouté M. Hammoudi, secrétaire général de la Conférence des forces populaires arabes. Par ailleurs, Chris Patten, le commissaire européen aux Relations extérieures a accusé l’armée israélienne d’avoir «systématiquement détruit» les infrastructures de l’Autorité palestinienne, notamment le ministère de l’Education, des Finances et les services du cadastre. «Cela n’a rien à voir avec la lutte contre les attentats-suicide », a-t-il insisté.
«Il y a un objectif politique, qui est de détruire ce qui existe déjà d’un Etat et d’un gouvernement palestiniens presque viables, et s’il n’y a ni gouvernement ni Autorité palestinienne, la seule alternative est une anarchie palestinienne», a-t-il prévenu. «C’est pour cette raison que ce qu’a fait le Premier ministre israélien Ariel Sharon est aussi fondamentalement contraire aux intérêts à long terme d’Israël», selon lui. Le Premier ministre britannique Tony blair, également interviewé sur la BBC, a pour sa part estimé que l’intervention militaire israélienne avait «enfoncé un coin entre certaines parties du monde arabe et l’Occident».
D’autre part, des dizaines de milliers de manifestants pro-palestiniens ont défilé samedi à Washington pour dénoncer le soutien des Etats-Unis à Israël, une semaine après la protestation de masse qui avait rassemblé quelque 100.000 manifestants pro-israéliens dans la capitale fédérale. Quelque 50.000 personnes, selon la police, 100.000 pour les organisateurs, participaient à cette manifestation pour protester contre l’occupation israélienne des territoires palestiniens et la politique de l’administration Bush qu’elles considèrent biaisée en faveur d’Israël. Parmi les protestataires figuraient des membres des «Juifs orthodoxes contre le sionisme» avec des panneaux tels que «Judaïsme? oui, sionisme? Non». Les pro-Palestiniens avaient rallié Washington venant de nombreux Etats dont le New Jersey, New York ou le Michigan.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *