L’ONU exhorte Washington à lever son embargo contre La Havane

L’organe plénier des Nations unies, où siègent les 192 Etats membres, a adopté à la quasi-unanimité une résolution en ce sens, pour la 17e fois depuis 1992, à l’issue d’un débat devenu rituel. Le texte, adopté par 185 voix contre 3 avec deux abstentions, s’intitule «Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par les Etats-Unis d’Amérique». Les trois voix contre sont les Etats-Unis, Israël et Palau. Les îles Marshall et la Micronésie se sont abstenues. La résolution «exhorte de nouveau tous les Etats à s’abstenir de promulguer ou d’appliquer» un tel embargo et à ceux qui l’appliquent à cesser de le faire, «conformément aux obligations que leur imposent la Charte des Nations unies et le droit international qui, notamment, consacrent la liberté du commerce et de la navigation».
Les résolutions de l’Assemblée générale n’ont pas d’effet contraignant mais reflètent l’opinion internationale. L’embargo américain contre Cuba est condamné par une majorité toujours plus large de pays: lors de sa première introduction en 1992, cette résolution n’avait recueilli que 59 voix. Elle en avait obtenu 179 en 2004 et 183 en 2006. L’embargo économique contre Cuba a été imposé par les Etats-Unis en 1962, après l’échec de l’invasion de l’île pour tenter de renverser le régime de Fidel Castro -l’épisode de la baie des Cochons. Il a ensuite été renforcé plusieurs fois, notamment par la loi Helms-Burton de 1966 et des restrictions aux voyages des citoyens américains à Cuba. Cuba évalue à 93 milliards de dollars le coût infligé à son économie par le «plus vieil embargo du monde».
Le président américain George W. Bush, qui quittera ses fonctions en janvier, a récemment qualifié Cuba de «prison» au large des côtes américaines et promis que l’embargo serait maintenu jusqu’à ce que La Havane instaure de réelles réformes démocratiques. Quant aux deux candidats à sa succession, le républicain John McCain et le démocrate Barack Obama, ils ont tous deux promis de maintenir l’embargo.


• Hervé Couturier (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *