L’OTAN se dit «prête» à intervenir en Libye quand les conditions le permettent

L’OTAN se dit «prête» à intervenir en Libye quand les conditions le permettent

Depuis la chute du régime de Mouammar El Kadhafi, et l’intervention militaire aérienne de l’OTAN, la Libye est livrée aux milices et son sol devient de plus en plus un terrain de prolifération de groupes terroristes.

Préoccupés par la situation et conscients du danger que cela représente sur la sécurité régionale, les responsables de l’OTAN ont attiré l’attention, lors de plusieurs réunions avec la presse marocaine, sur le risque de «contagion» du cas libyen, notamment vers les pays sur ses frontières Sud. Les représentants de l’alliance disent également compter sur la médiation du Maroc pour parvenir à une solution politique en Libye.

Etant intervenues uniquement via voie aérienne en Libye, les forces de l’OTAN n’ont à aujourd’hui aucun mandat leur permettant une seconde intervention. Elles se disent toutefois prêtes à le faire quand les conditions nécessaires seraient rassemblées. En attendant cela, l’OTAN espère aboutir à une résolution du cas libyen via le dialogue politique. «Nous avons entamé des discussions sur le terrain avec différents groupes et tribus, nous restons très optimistes quant à la possibilité d’asseoir la paix en procédant de la sorte», nous confie une source de l’OTAN.

Et d’ajouter : «Nous soutenons entièrement l’approche de l’ONU et du représentant spécial de son secrétaire général pour la Libye, Bernardino Leon». En effet, parvenir à une solution politique entre les parties en conflit s’impose plus que jamais au moment où le groupe terroriste autoproclamé Etat Islamique (EI) ne cesse d’accaparer le pouvoir et faire des dégâts.

C’est ainsi, dans la continuité du rôle qui lui est alloué, que le Maroc accueillera ce jeudi les pourparlers inter-libyens. Après une première phase de dialogue tenue à Skhirate, les représentants des parties en conflit se réuniront donc encore une fois au Maroc dans une tentative de trouver une issue à la crise libyenne.

Il est à noter que dans sa stratégie, l’OTAN mise gros sur sa coopération avec le Royaume pour répondre aux enjeux sécuritaires dans la région, pour combattre le terrorisme et limiter la prolifération des armes de petit calibre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *