L’ouragan Rita menace les Etats-Unis

L’ouragan Rita menace les Etats-Unis

Plus de trois semaines après la catastrophe naturelle causée par le passage de Katrina, un nouveau puissant cyclone menace la Louisiane ainsi que le Texas. Après avoir effleuré l’archipel des Keys au sud de la Floride, l’ouragan nommé «Rita» faisait route vers le Golfe du Mexique. Il s’est renforcé mercredi passant à la catégorie 4 (sur 5) de l’échelle Saffir-Simpson. Ce qui le rend extrêmement dangereux. D’après le Centre national des ouragans basé à Miami (Floride, sud-est), le cyclone est accompagné de vents soufflant à 217 km/h. Peu avant 12H00 GMT, le cyclone se trouvait à quelque 314 kilomètres à l’ouest de Key West (sud de la Floride). «Rita» progressait vers l’ouest à une vitesse de 22km/heure et menaçait la région du Golfe du Mexique qui a déjà été touchée par le cyclone Katrina le 29 août.
À Cuba, l’ouragan n’a guère fait de victime. Son passage a uniquement provoqué l’évacuation de quelque 230.000 personnes mardi dont près de 130.000 à La Havane, mises à l’abri dans plus de 600 refuges.
Dans la grande station balnéaire de Varadero, à 150 km à l’est de la capitale cubaine, 12.000 touristes ont été relogés en lieu sûr. En effet, le site était l’endroit le plus rapproché du passage du cyclone.
En Floride où l’état d’urgence a été déclaré mardi, plus de 24.000 foyers ont été privés d’électricité dans le sud de l’Etat. Les autorités avaient ordonné l’évacuation des Keys, un chapelet d’îles reliées à l’Etat par des ponts.
En Louisiane, le maire de La Nouvelle-Orléans, Ray Nagin, avait suspendu lundi le retour des habitants de la ville ravagée par Katrina le 29 août. Il a annoncé mardi que des habitants avaient commencé à être évacués par les services de secours. Le gouverneur de l’Etat, Kathleen Blanco, a encouragé "tout le monde à partir".
Les autorités américaines se sont mobilisées pour éviter une répétition de la tragédie provoquée par Katrina, qui a fait à ce jour près d’un millier de morts dans le sud des Etats-Unis. Le Pentagone a annoncé de son côté que plusieurs navires militaires américains participant aux opérations de secours aux sinistrés de Katrina en Louisiane et au Mississippi ont reçu l’ordre de quitter la zone afin d’éviter le cyclone Rita.
Les cours du pétrole ont repassé, mercredi, la barre des 67 dollars le baril, les craintes liées à l’ouragan ayant eu raison du soulagement provoqué par la décision de l’OPEP de mettre toutes ses capacités excédentaires de production à la disposition du marché. Les analystes craignent qu’une catastrophe similaire à Katrina n’aggrave encore les dégâts sur les infrastructures pétrolières du Golfe du Mexique, en particulier dans les raffineries.
29 % des capacités de production de brut des Etats-Unis se concentrent sur les côtes de ce Golfe, mais ces capacités ont été diminuées de plus de moitié après le passage de Katrina.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *