Lutte contre le sida : les militants veulent une taxe «Robin des Bois»

Lutte contre le sida : les militants veulent une taxe «Robin des Bois»

Une «taxe Robin» – comme «Robin des bois» – de quelques millièmes de pour cent sur les transactions financières permettrait d’enrayer la crise de financement de la lutte antisida, ont indiqué des militants en marge de la conférence mondiale qui s’achève ce vendredi à Vienne. «Une taxe Robin des Bois est la réponse à la question que tout le monde pose à cette conférence: comment pouvons-nous financer une montée en puissance des services contre le VIH?», a déclaré aux journalistes Khalil Elouardighi, de la coalition PLUS, regroupant des associations de lutte antisida de neuf pays. Une micro-taxe de seulement 0,005% sur toutes les transactions financières permettrait de recueillir 33 milliards de dollars par an dans le monde, a-t-il affirmé. «Cela fonctionne comme un micro-retrait invisible. Etant donné que 97% des transactions sont de nature spéculative, il n’y aurait aucune conséquence sur l’économie réelle», a souligné Philippe Douste-Blazy, président de la fondation Unitaid et favorable à la taxe Robin. Unitaid permet, grâce à une taxe sur les billets d’avions mise en place en France et dans onze autres pays, de financer l’achat en gros de médicaments, contre le sida notamment, pour permettre une réduction des prix et encourager les laboratoires pharmaceutiques à produire des versions à usage pédiatrique à coût réduit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *