Maghreb : Le président iranien en visite à Alger

Maghreb : Le président iranien en visite à Alger

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est arrivé lundi à Alger pour une visite d’Etat de deux jours en Algérie. Le président Ahmadinejad,  a été accueilli par le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Parmi les dossiers au programme figure la controverse nucléaire iranienne avec l’Occident. Selon le quotidien L’Expression,
M. Ahmadinejad va tenter de de «rompre son isolement» en s’assurant du soutien d’Alger.
L’Iran avait tenu l’Algérie informée des développements de ce contentieux par deux émissaires de haut rang dépêchés en 2006: Ali Laridjani, principal négociateur du dossier nucléaire, et Manoucher Mottaki, ministre des Affaires étrangères.
«Ces visites avaient essentiellement pour but d’informer l’Algérie de l’évolution de la crise du nucléaire iranien et de s’assurer de son soutien et de sa solidarité», a indiqué lundi une source diplomatique algérienne. L’Algérie est favorable à la non-prolifération nucléaire et à la dénucléarisation de l’Afrique et du Proche-Orient. Elle s’est également prononcée pour l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques par les pays en développement. Le président Bouteflika avait vigoureusement plaidé en faveur de l’usage par l’Afrique des technologies nucléaires au service du développement, en janvier à Alger, lors d’une conférence africaine sur les applications pacifiques de l’énergie nucléaire, en présence du Directeur général de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) Mohammed el-Baradei. L’Algérie dispose de deux réacteurs nucléaires expérimentaux en activité depuis 1995 à Draria (Alger) et Aïn Ouessara (centre sud). Ils sont sous garantie de l’AIEA.
Alger a passé en juin un accord sur le nucléaire civil avec les Etats-Unis et examine une proposition similaire de Paris. Selon Téhéran, lors d’une visite en Iran en novembre 2006, le ministre algérien de l’Energie Chakib Khelil avait «sollicité officiellement» l’aide de l’Iran dans ce domaine. Les entretiens de M. Ahmadinejad ont porté  aussi sur les relations économiques bilatérales, la coopération énergétique, en particulier le gaz, la situation au Proche-Orient et au Sahara Occidental ainsi que sur la coopération dans la lutte contre le terrorisme, selon des sources algériennes.
Une rencontre entre hommes d’affaires iraniens et algériens est prévue à la résidence d’Etat d’Al-Mitaq. Une banque iranienne doit demander un agrément pour s’installer en Algérie et un accord devrait être signé pour l’ouverture d’une ligne aérienne directe Alger-Téhéran. L’Iran est également intéressé par les marchés algériens de l’automobile et du logement, en pleine expansion. La normalisation des relations entre l’Algérie et l’Iran, gelées en 1991 à la suite du soutien apporté par Téhéran aux islamistes algériens, a été amorcée lors d’une rencontre entre les chefs d’Etat des deux pays à New York en 2000.
Elle a été jalonnée par une visite d’Etat du président Bouteflika à Téhéran en 2003 et d’une visite similaire du prédécesseur de M. Ahmadhinejad, le président Mohammed Khatami en octobre 2004 en Algérie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *