Mauritanie : le RFD «solidaire de l’armée» mais veut être informé

Mauritanie : le RFD «solidaire de l’armée» mais veut être informé

Le principal parti d’opposition mauritanien, dirigé par Ahmed Ould Daddah, a demandé mardi aux autorités de mieux informer le pays sur l’offensive lancée au Mali contre Al Qaïda au Maghreb islamique, tout en exprimant son «entière solidarité avec l’armée». «En ces circonstances difficiles, le RFD (Rassemblement des forces démocratiques) réaffirme son entière solidarité avec l’armée nationale, garante de l’intégrité territoriale du pays et de sa sécurité », selon son communiqué. Il «considère qu’il est en droit, ainsi que les autres partis politiques, leaders d’opinion et institutions de la République, d’être suffisamment informé sur ces opérations militaires et sur la politique du gouvernement dans le domaine». «Une telle démarche permettra d’avoir une vision claire de cette situation qui fait ressortir, avec acuité, la nécessité de bâtir un front intérieur en vue de faire face aux menaces qui guettent la Mauritanie», ajoute le RFD. La Mauritanie avait lancé le 17 septembre une opération militaire contre Aqmi au Mali voisin, dans la région de Tombouctou, où des combats meurtriers ont eu lieu. Cette prise de position du RFD est la première d’un parti membre de la Coordination de l’opposition démocratique qui avait, il y a deux mois, critiqué le raid franco-mauritanien mené au Mali contre Aqmi. Le 12 septembre, le RFD avait annoncé qu’il reconnaissait désormais l’ex-général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz «comme président de la République», après avoir contesté son élection en juillet 2009. Le RFD avait expliqué que cette décision était «dictée par les nombreux défis auxquels fait face la Mauritanie», en particulier celui posé par les actions d’Aqmi menaçant «l’existence de la Nation et sa stabilité».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *