Moussaoui ne plaide rien

«Au nom d’Allah, je n’ai rien à plaider, je ne plaide rien», a déclaré mercredi Zakaria Moussaoui à la lecture des six chefs d’inculpation dont il fait l’objet.
Soupçonné d’acte de terrorisme, de détournement d’avion, de destruction d’avion, d’utilisation d’armes de destruction massive, d’assassinat de citoyens américains et de destruction de biens, il avait, selon les enquêteurs, suivi un entraînement identique aux 19 terroristes du 11 septembre et s’apprêtait à commettre un attentat-suicide aux Etats-Unis, avant son interpellation mi-août, dans le Minnesota.
Né le 30 mai 1968 à Saint-Jean-de-Luz, dans le Sud-Ouest de la France, le jeune Zakaria a grandi dans une famille tenue difficilement par une mère divorcée.
Elève médiocre, Moussaoui se retrouve cantonné dans une filière d’enseignement professionnel. Puis il décide de partir à Londres dans les années 1990. Installé au coeur du quartier de Brixton, il poursuit des études de commerce international et fréquente les mosquées des milieux islamistes proches de Ben Laden. Il se convertit alors à un Islam pur et dur, «un vrai lavage de cerveau» dira sa mère. Ce qui le conduit en 1998 dans un camp d’entraînement d’Al-Qaïda en Afghanistan, puis deux années plus tard au Pakistan.
En février 2001, Moussaoui débarque aux Etats-Unis, muni d’un visa d’étudiant. Avec 32.000 dollars déposés dans un compte, il suit jusqu’en mai, des cours à l’école de pilotage Airman, à Norman (Oklahoma, centre), mais, à la mosquée locale, il se fait remarquer par son fondamentalisme. Il part finalement pour le Minnesota (Nord) dans une autre école d’aviation, la Pan Am international flight school.
Du 13 au 15 août, il y prend des cours de pilotage de Boeing 747 sur simulateur. Intrigués par son comportement «bizarre et agressif», les responsables de l’école le signalent aux autorités, et le FBI l’interpelle le 16 août.
Il risque aujourd’hui la peine de mort sur quatre des six chefs d’inculpation dont il fait l’objet. Son procès ne s’ouvrira que le 14 octobre prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *