Muttawakil se rend et «coopère»

Wakil Ahmed Muttawakil, c’était ce ministre Taliban qui était devenu très médiatisé avant et lors des frappes américaines contre l’Afghanistan. Il s’est rendu aux autorités afghanes vendredi et a été livré aux Américains. Et il est l’un des plus hauts membres de la hiérarchie des talibans à être emprisonné. le mollah Muttawakil est actuellement interrogé à Kandahar, grande ville du sud de l’Afghanistan où il s’est rendu et a été remis aux autorités américaines sur place.
Aujourd’hui, il semblerait qu’il ait accepté le nouveau dispositif en place et soutien le processus politique en cours.  » la brouille entre muttawakil et le mollah Omar signifie qu’il a probablement peu d’informations récentes sur le dirigeant taliban, estiment les sources proches des services de sécurité.
«Nous en tiendrons compte s’il coopère avec les enquêteurs, et il en profitera certainement», a déclaré Gul Agha, le gouverneur de Kandahar sans que l’on sache s’il a lui-même rencontré l’ancien ministre ni s’il est en contact avec les enquêteurs américains de M. Muttawakil sur la base américaine de Kandahar. Les commentaires du gouverneur Gul Agha tranchent nettement avec les déclarations du nouveau ministre des affaires étrangères, le Dr Abdullah Abdullah, qui avait déclaré samedi au cours d’une conférence de presse que son prédécesseur était un « criminel de guerre» et devait être jugé à ce titre pour «crimes contre l’humanité en Afghanistan». La reddition – dans des circonstances encore obscures – de l’ancien ministre des Affaires étrangères des Taliban pourrait s’avérer précieuse dans la traque du Mollah Omar et d’Oussama Ben Laden. On estime que Muttawakil, en tant que chef de la diplomatie des Taliban, devait posséder «des informations importantes». Muttawakil est l’un des plus hauts membres de la hiérarchie des taliban à être emprisonné. Selon Abdallâh Abdullah, le mollah avait trouvé refuge à Quetta, dans le sud-est du Pakistan. Muttawakil était considéré comme le bras droit du Mollah Omar et il avait su gagner sa confiance. Il a rapidement gravi les échelons de la hiérarchie pour devenir porte-parole du régime et, en tant que tel, principal contact pour les journalistes, les diplomates et les autres responsables étrangers. Il avait par la suite obtenu la charge de la diplomatie. Des sources proches des services de sécurité à Kandahar affirment que Muttawakil – qui était considéré comme l’un des plus modérés du régime – a rompu avec le Mollah Omar à la fin de l’année 2001, car il pensait qu’il valait mieux négocier la livraison de Ben Laden avec les Etats-Unis plutôt que de risquer une confrontation avec Wash-ington.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *