Netanyahu relance l’option d’un cabinet élargi avec Livni

Le Premier ministre israélien pressenti, Benjamin Netanyahu, chef du parti de droite Likoud, a ravivé l’espoir d’un cabinet élargi en menant des discussions secrètes avec sa rivale Tzipi Livni, leader du parti centriste Kadima, ont rapporté dimanche les médias israéliens. Tous deux ont récemment multiplié leurs contacts par téléphone et se sont même rencontrés pendant plus de quatre heures avec leurs conjoints respectifs mercredi soir au domicile de Mme Livni à Tel-Aviv, selon les radios et journaux locaux. Ils auraient notamment évoqué la possibilité d’une rotation au pouvoir prévoyant que M. Netanyahu dirige le gouvernement pendant au moins trois ans et que Mme Livni le remplace pour le restant de la législature qui doit avoir une durée totale de quatre ans et huit mois. Selon la radio publique, M. Netanyahu et Mme Livni devaient en principe se retrouver dimanche pour discuter des bases et modalités de fonctionnement d’un cabinet élargi d’union nationale. Des équipes de négociateurs dirigées par les députés Tzahi Hanegbi côté Kadima et Guidéon Saar côté Likoud doivent en outre garder le contact. «Mais le chemin à parcourir est encore très long (…) Les deux parties pensent que les chances de succès sont ténues», écrit Yédiot Aharonot, principal quotidien du pays. Selon les médias, les discussions achoppent pour l’heure surtout sur la façon d’aborder le règlement du conflit israélo-palestinien. Mme Livni, chef de la diplomatie, entend poursuivre ses négociations avec l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, lancées dans la foulée de la conférence internationale d’Annapolis (Etats-Unis) en novembre 2007. Elle préconise d’évacuer des dizaines de milliers de colons juifs de Cisjordanie pour les regrouper dans des blocs d’implantations, et exige en conséquence que le prochain programme gouvernemental stipule la nécessité de créer un Etat palestinien aux côtés d’Israël.  Pour M. Netanyahu, il faut lier les négociations avec les Palestiniens au renforcement préalable de leur économie et de leur sécurité. A l’issue des législatives anticipées du 10 février, le Kadima a obtenu 28 mandats de députés, contre 27 au Likoud, mais M. Netanyahu peut compter sur une majorité d’au moins 61 députés sur 120 au Parlement grâce au soutien des formations religieuses et d’extrême droite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *