Nicolas Sarkozy veut refonder la relation avec le Gabon

Nicolas Sarkozy veut refonder la relation avec le Gabon

Nicolas Sarkozy, qui effectue mercredi et jeudi une visite officielle au Gabon, la première depuis l’accession au pouvoir d’Ali Bongo, est arrivé avec la volonté de moderniser, voire refonder la relation entre les deux pays. D’où la signature d’un accord de défense renégocié et d’un Plan d’action élaboré en commun pour répondre aux ambitions d’un Gabon émergent. Pour le président français, la modernisation de cette relation France-Gabon répond à un «impératif de transparence : transparence sur nos intérêts, qui doivent être assumés ; transparence sur nos objectifs ; et transparence sur nos engagements communs». Cette nouvelle vision, selon l’Elysée, doit être une démarche commune. «On ne peut pas changer seul une relation bilatérale. Il ne peut s’agir que d’une démarche commune», a dit Nicolas Sarkozy dans une interview au journal gabonais «L’union». Cette refondation passe par une renégociation des accords de défense entre les deux pays. «C’est aujourd’hui chose faite et je signerai ce nouvel accord avec le président Ali Bongo Ondimba». Après le Cameroun et le Togo, le Gabon sera le troisième pays africain à réviser ainsi des accords militaires qui, pour certains, remontaient à leur indépendance en 1960. Une première, ce nouvel accord sera soumis à la ratification des parlements gabonais et français et ses termes seront publiés. «On sort de la logique initiale qui était celle de 1960», souligne-t-on dans l’entourage du président français et la «wlogique qui prévaut aujourd’hui est de centrer des relations militaires sur la coopération entre les armées, sur la formation des armées nationales et aussi sur l’utilisation des dispositifs français au service des organisations régionales».
A la veille de la visite de Nicolas Sarkozy au Gabon, la France a annoncé la fermeture d’un accord commun avec les autorités sénégalaises de sa base de Dakar, où elle ne conservera qu’une «plate-forme régionale de coopération». Cette décision signifie que base militaire de Libreville deviendra la principale base sur l’Atlantique. Le contingent français du Gabon s’élève à près de 800 hommes. Pour Paris, ce «changement de philosophie» dans les rapports entre la France et le Gabon passe aussi par l’instauration d’un «véritable partenariat, d’égal à égal». Le nouveau Plan d’action définit les valeurs et les objectifs communs et doit apporter des réponses concrètes aux préoccupations gabonaises en matière de financement des infrastructures, de formation professionnelle, du financement des opérateurs gabonais par les banques privées, du renforcement d’un partenariat minier entre les deux pays ou encore l’accroissement des investissements français au Gabon. La France a, également, fait savoir qu’elle ne craint pas la concurrence économique et l’arrivée de nouveaux partenaires sur le marché gabonais. Au contraire. Cette concurrence est, selon M. Sarkozy une «très bonne chose car elle permet de démontrer que la France et ses entreprises sont des partenaires privilégiées du Gabon non pas en vertu de privilèges indus ou d’un simple héritage, mais parce qu’elles le méritent». «Il n’y a plus de pré-carré et il ne doit plus y en avoir», a asséné le président français, ajoutant que «La France estime tout à fait normal que le Gabon diversifie ses partenaires dans la mesure où cela peut profiter à son développement».
«Et puis ce serait tenir un double langage que d’afficher notre souhait de voir l’économie gabonaise connaître des progrès tout en revendiquant je ne sais quelle exclusivité pour investir ou exporter au Gabon. Ce n’est pas ma conception des choses et ce n’est pas l’idée que je me fais de l’amitié entre nos deux pays», a estimé Nicolas Sarkozy. Le président français profite ainsi de l’occasion pour dénoncer un «mythe persistant» au Gabon selon lequel la France serait mécontente du projet d’exploitation de la mine de fer de Belinga par une société chinoise. «Comment pourrait-elle l’être quand aucune société française n’exploite plus le fer en France ou n’importe où dans le monde», répond Nicolas Sarkozy qui veut qu’on ne retienne de ce déplacement au Gabon qu’une seule chose : «l’affirmation d’une fidélité» non seulement à l’amitié avec le peuple gabonais, mais aussi aux engagements que la France a pu prendre et à sa volonté de faire évoluer cette relation afin de répondre au mieux aux ambitions des nouvelles autorités gabonaises. Après le Gabon, le président français se  rendra pour quelques heures au Rwanda, qui avait rompu ses relations diplomatiques avec la France fin 2006, après l’émission par le juge Jean-Louis Bruguière de mandats d’arrêt contre neuf proches du président tutsi rwandais, soupçonnés d’avoir fomenté l’attentat qui a coûté la vie en 1994 à son prédécesseur hutu, Juvenal Habyarimana. Cette réconciliation avec le Rwanda «fait disparaître un irritant majeur qui, à cause des accusations de complicité de génocide, nuisait à l’image de la France sur l’ensemble du continent», selon Paris.

 Hasna Daoudi

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *