Nigeria : Safiya Husaini acquittée

La cour islamique de l’Etat de Sokoto (Nord du Nigeria) a finalement acquitté lundi en appel Safiya Husaini, 35 ans, auparavant condamnée à la lapidation pour adultère. Cette affaire, qui a suscité de vives protestations notamment en Europe, avait débuté en octobre 2001, lorsque Safiya Husaini avait été condamnée à mort, le tribunal ayant constaté qu’elle avait donné naissance à une petite fille en février 2001 alors qu’elle était divorcée. Elle avait alors été déclarée coupable d’adultère car, selon la Charia, une femme divorcée commet un adultère si elle a des relations sexuelles sans être remariée. Après avoir accusé son père de viol, elle avait déclaré en janvier que le père de l’enfant, Adama, était en fait son dernier mari.
Selon la Charia, une femme ne peut être considérée comme adultère si elle accouche d’un enfant dont le père est son ex-mari, dans un délai pouvant aller jusqu’à sept ans après la dissolution du mariage… Cette décision intervient en tout cas après la récente condamnation officielle, par le gouvernement nigérian, de la Charia. Une lettre en ce sens, datée du 18 mars, avait été adressée par le ministre de la Justice Kanu Agabi aux gouverneurs des 12 Etats du Nord qui appliquent la loi islamique.
«La Charia s’applique aux seuls Musulmans mais il est impératif que les droits de ces personnes soient préservés à l’instar de ceux des autres citoyens, comme le prévoit la Constitution », souligne le texte transmis à la presse jeudi dernier.
«Un musulman ne devrait pas être soumis à une punition qui ne serait pas appliquée à d’autres nigérians pour la même infraction », ajoute le ministre, dont la lettre constitue la première condamnation sans équivoque par le gouvernement du président nigérian Olusegun Obasanjo de la loi islamique. Celle-ci a été instaurée au début 2000 dans un Etat du Nord.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *