Nombre record de fidèles chiites en pèlerinage à Karbala

Une marée humaine de millions de chiites a afflué jeudi à Karbala, dans le sud de l’Irak, pour participer à un pèlerinage placé sous-haute sécurité en raison des risques d’attentat.
«Le nombre de personnes qui se sont rendus en visite à Karbala a atteint neuf millions», a affirmé le général de police Raëd Shakir Jawdat, le chef de la ville, placée en état de siège depuis plusieurs jours.
Le gouverneur de la province de Karbala a confirmé ce chiffre et indiqué qu’il «s’agissait d’un record». «Karbala n’a jamais connu une telle affluence», a ajouté Akhil al-Khazali.
Les rues de Karbala, située à 110 km au sud de Bagdad, étaient noires de monde et il était difficile de se déplacer ou d’accéder au mausolée de l’imam Hussein, dans le coeur de la ville. Les pèlerins y célèbrent «l’arbaïne», la fête qui marque le 40ème jour après la mort de l’imam Hussein, l’une des figures les plus révérées du chiisme, assassiné à Karbala au VIIe siècle.
Le Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite, s’est rendu à Karbala pour prier au mausolée de l’imam, a par ailleurs indiqué le porte-parole de la police de la province, Rahmane Mouchawi.
Pour faire face à des attentats anti-chiites, qui ont déjà ensanglanté les processions de pèlerins venant des quatre coins du pays, les services de sécurité ont déployé un imposant dispositif, comprenant quelque 50.000 policiers et soldats.
Des barrages, où les visiteurs étaient fouillés, ont été installés à toutes les entrées de la ville empêchant les véhicules de s’approcher du centre, survolé par des hélicoptères. Quelque 750 tireurs délite ont aussi été déployés sur les toits des immeubles.
«Le dispositif de sécurité mis en place fonctionne comme nous l’espérions», a assuré le général Jawdat, soulignant qu’un kamikaze portant une ceinture d’explosifs avait été arrêté mercredi à un des barrages. Il a ajouté que trois roquettes katioucha et six bombes avaient été découvertes aux alentours de la ville alors que trois femmes, transportant de «grandes quantités de poison pour viser les pèlerins», avaient été interpellées.

• Mehdi Lebouachera (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *