Nouvelle rencontre des protagonistes à Dakar

Nouvelle rencontre des protagonistes à Dakar

De nouveaux pourparlers ont débuté dans la nuit de samedi à dimanche à Dakar, entre les protagonistes de la crise politique en Mauritanie, moins d’un mois avant la date prévue pour la présidentielle dans ce pays, ont constaté différents journalistes joints sur place par l’AFP.
Sous l’égide de la communauté internationale, trois délégations se sont de nouveau retrouvées dans l’hôtel dakarois où avait été âprement négocié pendant six jours l’accord finalement signé le 4 juin dernier à Nouakchott. Cet accord qui tarde à être appliqué, prévoit la formation d’un gouvernement de transition, puis la démission du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, renversé il y a 10 mois par les militaires, avant le premier tour d’une élection présidentielle le 18 juillet. Mais le président déchu exige, avant de renoncer à sa fonction, que le pouvoir militaire en place formé à la suite du coup d’Etat soit dissous, ce que refuse le camp du général Mohamed Ould Abdel Aziz, meneur du coup d’Etat. L’avenir de la junte doit donc être au centre des discussions qui ont débuté vers 23h45 dans la capitale sénégalaise.
Le représentant du secrétaire général de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit, était notamment présent aux côtés de diplomates, au sein du groupe international de contact.
Le général Ould Abdel Aziz qui dirige à présent l’Union pour la République, parti majoritaire au Parlement, a mandaté comme négociateur Mohamed Yahya Ould Horna. Le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD), coalition de partis et d’organisations formée en août pour faire échouer le coup d’Etat, est représenté par Mohamed Ould Moloud. Enfin, Mohamed Abderrahmane Ould Meine mène la délégation du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), le principal parti d’opposition dirigé par Ahmed Ould Daddah.
Rappelons que le sort du Haut Conseil d’Etat (HCE), pouvoir militaire en place auteur du coup d’Etat du 6 août 2008 en Mauritanie, demeure toujours une source de blocage dans les négociations inter-mauritaniennes, en vue de la mise en œuvre de l’Accord-cadre de Dakar (ACD). Le président sénégalais Abdoulaye Wade, médiateur en chef appuyé par le Groupe de contact international sur la Mauritanie (GCIM), avait soumis aux protagonistes un dernier plan de reconversion de la junte en un Conseil de sécurité et de défense (CSD).
Acceptée par toutes les parties, notamment par M. Ould Cheikh Abdallahi, la proposition aurait été rejetée au dernier moment par le camp du général Mohamed Ould Abdel Aziz, selon plusieurs sources.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *