Nouvelles agressions israéliennes à Gaza

Le Président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat a condamné fermement la mainmise d’Israël sur la ville d’Hébron et le projet d’Ariel Sharon de concevoir des couloirs spéciaux pour les quelque 450 colons juifs extrémistes que vivent dans le Mellah de cette ville au milieu de 130.000 Palestiniens. Ce sera un grand crime, a affirmé le leader palestinien : «De tels couloirs protégés vont entraîner la destruction de maisons appartenant à des Palestiniens et donc de relancer la tension». «Hors de question de judaïser Hébron», s’est exclamé Yasser Arafat.
Même Shimon Perés, le ministre israélien des Affaires étrangères démissionnaire a condamné un tel projet le jugeant de nature à créer encore plus de tensions et de frustrations. Par ailleurs, des chars et des hélicoptères israéliens ont fait sauter lundi soir quatre bâtiments des services de la sécurité préventive palestinienne, à Gaza. Ce nouvel indice de la volonté de Sharon et de son gouvernement de détruire le processus de paix est compris comme une surenchère droitière du Premier ministre israélien soucieux de ne pas se laisser déborder sur sa droite par son rival au Likoud Benjamin Netanyahou à quelques semaines des législatives.
Dans l’immédiat, la tenue d’élections générales palestiniennes, programmées pour janvier 2003 semble compromise par la réoccupation israélienne de la quasi-totalité des villes autonomes palestiniennes. Le peuple palestinien est frustré. Même si le processus électoral est lancé, qui peut garantir que les chars israéliens n’interviendront pas? s’interroge-t-on dans les territoires réoccupés.
Au plan diplomatique, les Présidents égyptiens, Hosni Moubarak, et syrien, Bachar Al-Assad, ont évoqué à Damas les moyens de « relancer le processus de paix au Proche-Orient en proie à l’escalade israélienne». Le sommet égypto-syrien est intervenu à la veille d’une réunion ministérielle arabe, prévue demain mercredi, à Damas, au cours de laquelle neuf ministres arabes des Affaires étrangères doivent formuler une position commune sur l’expansionnisme israélien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *