Nouvelles violences, nouvelles victimes

A Rafah, dans la bande de Ghaza, des hélicoptères israéliens ont mené dans la matinée des raids contre des installations des services de sécurité palestiniens, provoquant des dégâts, ainsi que contre le commissariat central de la police à Naplouse, en Cisjordanie. Ces raids ont aussi visé à Ramallah, en Cisjordanie, un bâtiment proche des bureaux de Marwan Barghouthi, le secrétaire général pour la Cisjordanie du Fatah, le mouvement du président Yasser Arafat. Le bâtiment abritait une unité de la force 17, chargée notamment de la sécurité du chef de l’Autorité palestinienne. Ces raids ont fait un blessé palestinien à Ramallah.
Peu avant l’aube, des chars israéliens ont mené simultanément des incursions dans plusieurs zones autonomes de la bande de Ghaza, tuant cinq Palestiniens et blessant 26 autres, des civiles pour la plupart. Lors de l’une des incursions, les soldats de l’armée d’occupation ont fait exploser le bâtiment abritant les systèmes de transmission de la radio-télévision palestinienne à Ghaza. La télévision a toutefois pu continuer d’émettre, de même que la radio qui émet depuis sur une autre fréquence. Dans le même temps, un hélicoptère israélien a tiré deux roquettes sur un bâtiment proche des bureaux de M. Arafat à Ramallah, utilisé par les hôtes du président palestinien.Par ailleurs, deux Palestiniens ont été tués et deux soldats blessés près de la localité de Baka Al-Charkiya, en Cisjordanie. Deux Palestiniens sont arrivés à un barrage. L’un d’entre eux a tiré sur des militaires qui l’ont abattu. Le deuxième a aussi tiré mais a tué accidentellement un Palestinien. Mercredi, dix-huit Palestiniens ont été tués dans les raids et bombardements de représailles israéliens en Cisjordanie et à Ghaza, les plus meurtriers depuis le début de l’Intifada.
Parallèlement, la police palestinienne a arrêté deux Palestiniens qui ont tué le 17 octobre le ministre israélien du tourisme Rehavam Zeevi, selon une personne se réclamant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), groupe qui avait revendiqué cette opération. L’arrestation des auteurs de ce meurtre est l’une des conditions posées par Sharon pour lever les restrictions aux mouvements de M. Arafat, confiné à Ramallah depuis le 3 décembre.
Et, d’autre part, le Premier ministre israélien Ariel Sharon devait, dans un discours radio-télévisé, s’adresser à la nation à 20h30 locales (18h30 GMT) pour expliquer sa politique après l’escalade du conflit avec les palestiniens. Un discours qui devait être suivi par des réponses à des questions des représentants des médias.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *