Obama fera campagne dans tous les Etats

En rupture avec les stratégies passées, visant à calculer au plus juste les chances de décrocher le chiffre magique de 270 grands électeurs, le directeur de campagne, du candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama, David Plouffe a annoncé une approche véritablement nationale, forçant le républicain John McCain à dépenser plus et à défendre son avantage même dans des bastions républicains. «Nous avons beaucoup de solutions différentes pour arriver à 270 », a assuré M. Plouffe lors d’un point presse à Washington. «Nous n’allons pas nous réveiller le (jour du scrutin le) 4 novembre en nous inquiétant à cause d’un Etat», a-t-il relevé, faisant allusion aux deux dernières présidentielles, perdues par le candidat démocrate. En 2000, il avait fallu attendre plus d’un mois le résultat de la Floride (sud-est) pour que la défaite d’Al Gore soit consommée.
En 2004, c’est le scrutin très serré de l’Ohio qui avait scellé la défaite de John Kerry. La présidentielle américaine se dispute Etat par Etat, un certain nombre de grands électeurs sont attribués à chaque Etat en fonction notamment de sa population. Est élu le candidat ayant réuni une majorité du Collège électoral (au moins 270 des 538 grands électeurs). David Plouffe a précisé que le «premier but stratégique» de Barack Obama sera de garder les Etats remportés par John Kerry dans le camp démocrate – et pour cela repousser les assauts de John McCain dans le Michigan (nord) et en Pennsylvanie (est), deux Etats où le vote ouvrier pèse lourd, ainsi que dans le New Hampshire, petit Etat du nord-est qui a mis M. McCain sur la voie de l’investiture républicaine. M. Obama espère en outre faire basculer une poignée d’Etats n’ayant pas voté pour un démocrate à la présidentielle depuis des lustres, comme la Virginie (est), le Colorado (ouest), le Missouri (centre) et l’Iowa (nord).
Deux sondages publiés cette semaine ont crédité M. Obama d’une avance de plus de 10 points au niveau national (49% contre 37% selon le Los Angeles Times, 51% contre 36% selon Newsweek). Mais c’est bien Etat par Etat que M. Plouffe entend l’emporter, comme lors des primaires, remportées contre Hillary Clinton, alors que l’ex-Première dame avait été longtemps donnée archi-favorite au niveau national.

• Jitendra Joshi (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *