Olmert doute d’un accord de paix avec les Palestiniens

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a réaffirmé avec force, mardi à Tokyo, sa détermination à parvenir à une solution à deux Etats avec les Palestiniens, mais s’est montré sceptique sur les chances d’un accord en 2008. Cette échéance de la fin 2008 a été fixée par le président américain George W. Bush lors de la récente conférence d’Annapolis qui a été l’occasion d’une relance du dialogue israélo-palestinien en sommeil depuis septembre 2000, début de la seconde Intifada. «Nous sommes déterminés à parvenir à un accord durant l’année 2008. Je ne suis pas sûr que nous y parviendrons»,  a-t-il dit à des hommes d’affaires japonais et israéliens, lors d’un forum économique à Tokyo.
Il n’y a pas aujourd’hui de « meilleure opportunité», a souligné Olmert, ajoutant : «Nous voulons faire tous les efforts possibles pour saisir cette opportunité». «Nous sommes déterminés à faire un pas de géant pour mettre fin à ce conflit (entre Israël et les Palestiniens) une fois pour toutes», a-t-il poursuivi au lendemain de son arrivée dans la capitale japonaise pour une visite officielle qui s’achèvera jeudi soir. «Ces derniers jours, nous faisons des efforts exceptionnels pour résoudre les divergences avec nos voisins palestiniens. Nous espérons conclure un accord qui conduira à une solution à deux Etats, un Etat palestinien et l’Etat d’Israël», a dit le Premier ministre israélien. Dans le cadre de ces efforts, Olmert devrait rencontrer jeudi matin à Tokyo la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice qui sera au Japon les 27 et 28 février. Selon des proches de Olmert, la réaffirmation à Tokyo de sa volonté de parvenir à la création d’un Etat palestinien dans le cadre d’un accord n’est pas le fait du hasard puisqu’il est favorable à une plus grande implication du Japon dans le processus politique. «Nous considérons le Japon comme un partenaire non seulement économique mais aussi politique, et qui peut donc avoir son rôle à jouer dans le processus engagé avec les Palestiniens», a expliqué un conseiller du Premier ministre israélien sous couvert de l’anonymat.
Les déclarations de Olmert interviennent au lendemain d’une grande manifestation dans la bande de Gaza où des milliers de personnes, pour la plupart des lycéens, ont formé une chaîne humaine pour protester contre le blocus imposé depuis le 17 janvier par Israël dans une tentative d’enrayer les tirs de roquettes contre son territoire.

• Patrick Anidjar (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *