P.O : La résistance s’organise

P.O : La résistance s’organise

La violence a coutume d’engendrer la violence. La terre de Palestine sied à merveille au dicton d’Eschyle. La spirale néfaste est alimentée sans cesse par le genre d’opération que vient de mener l’armée israélienne et désignée, avec arrogance, « Arc en ciel Selon Israel, l’opération en question avait pour dessein de « mettre à genoux » les groupes armés palestiniens et la destruction des tunnels servant à ravitailler la résistance en armement. Concernant ce dernier point, l’armée israélienne pourra se targuer d’en avoir découvert deux. Du moins c’est ce qu’affirme l’État hébreu. Pour ce faire, son armée aura réussi à démolir des dizaines de maisons, faisant des milliers de sans-abri. Certaines familles ont même été contraintes à déménager à deux reprises, pourchassées par les bulldozers israéliens. Condamnés par des membres de la Knesset, ces actes barbares ont fait l’objet, hier, d’une vive polémique au sein de l’Exécutif israélien. En effet, Yosef Lapid, le ministre de la Justice israélien, a comparé la destruction des habitations palestiniennes par Tsahal aux « atrocités nazies».
«J’ai vu à la télévision une vieille dame cherchant à sauver ce qui était sauvable dans les ruines de sa maison de Rafah. Elle était à la recherche de médicaments. Elle m’a fait penser à ma grand-mère qui a été chassée de chez elle pendant l’Holocauste», a-t-il lancé à la figure des membres du gouvernement. Rescapé de l’extermination nazie, Yosef Lapid avait demandé que soit mis un terme à la destruction des maisons des Palestiniens, qualifiant la politique de son pays « d’inhumaine et passible de poursuites pour crimes de guerre devant la Cour internationale de justice ». Une institution qui ne fait aucunement trembler les dirigeants israéliens. À signaler toutefois qu’aussitôt ces déclarations faites, le ministre de la Justice s’est attiré les foudres des membres du gouvernement qui lui reprochent « ce genre de comparaison ». Le concerné a dû mettre de l’eau dans son vin et revoir la virulence de ses propos à la baisse. Pression oblige. Il faut dire qu’en ces temps où, au moindre propos «déplaisant », l’on se voit taxé d’antisémite, la vigilance linguistique doit rester de mise, même lorsqu’on est Israélien.Concernant l’autre objectif d’Israël, celui de briser la résistance palestinienne, la manière employée semble avoir des effets contraires. En effet, ce genre d’opération, où les rapports de force sont profusément à disproportionnés, n’aura pour suites que d’accentuer le sentiment de frustration et attiser un sentiment de haine qui ne cesse de gagner en ampleur. À ce propos, le Hamas a vu ses rangs renforcés par de nouveaux recrutements, après l’opération qui a coûté la vie à 43 personnes, dont le dirigeant local du Hamas. Ces victimes de Sharon et ses acolytes comptent beaucoup d’enfants, certains abattus froidement.
C’est le cas de cette fillette d’à peine 3 ans, exécutée d’une balle dans la tête sans procès pour le crime qu’elle n’aurait jamais commis, alors qu’elle jouait près de son domicile. Les criminels qui ont accompli la sale besogne ont ensuite démoli, en partie, la maison où elle habitait avec sa famille. Voici le vrai visage de la paix que clame le gouvernement israélien.
« Les derniers jours ont influé le Hamas dans le bon sens. Il y a beaucoup de gens qui veulent exprimer leur colère», a déclaré à l’AFP Abou Mohammed, un dirigeant local du Hamas. Lui emboîtant le pas, un activiste de l’organisation de feu Cheikh Yassine estime que «le peuple palestinien avait deux choix dans le passé. Le premier était celui emprunté par Y. Arafat à Oslo et le deuxième était de poursuivre la résistance.
Beaucoup de gens voulaient la paix, si bien que le Hamas n’avait pas une grande importance. Mais nous avons essayé la voie de la paix qui n’a abouti à rien, si bien que notre peuple est en train de rejoindre la résistance. Si quelqu’un perd sa maison, son épouse et ses enfants, il n’a plus rien à craindre…»
En d’autres termes, il n’a plus rien à perdre et se transformer en bombe humaine reste une issue très envisageable. Voilà ce à quoi mène la politique aveugle d’Israël. Une politique que les Israéliens sont de plus en plus nombreux à condamner, appréhendant sa portée périlleuse et la nécessité, ainsi que le droit des Palestiniens à une vie décente, mais à la vie d’abord et à un État souverain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *