P.O : L’équilibre impossible

Nabil Abou Roudeina, conseiller du président palestinien, a ajouté que « (…) c’est un début de révision de la position américaine (l’égard de M. Arafat) », ajoutant qu’ « une rencontre avec Yasser Arafat est la bonne voie pour parvenir à des résultats positifs dans le processus de paix et stopper l’escalade de l’agression israélienne ». Dick Cheney a affirmé mardi à Al-Qods qu’il pourrait rencontrer le président Arafat « dès la semaine prochaine » dans un lieu à déterminer si le leader palestinien applique à la lettre un plan américain de cessez-le-feu avec Israël.
Lors d’une conférence de presse à l’issue d’une entrevue avec le Premier ministre israélien Ariel Sharon, M. Cheney a souligné que « dans le but d’aider la mission du général Zinni », le médiateur américain qui essaie d’obtenir des Israéliens et des Palestiniens un accord de cessez-le-feu, « j’ai dit au Premier ministre (israélien Ariel Sharon) que je serai disposé à rencontrer le président Yasser Arafat dans le futur, dans un endroit de la région à déterminer, pendant l’application du plan Tenet ». Les Palestiniens s’étaient plaints que le responsable américain ne rencontre pas Arafat à l’occasion de sa visite de 24 heures en Israël.
Et une telle rencontre constituerait le contact au plus haut niveau qu’ait eu à ce jour Yasser Arafat avec l’administration Bush. Cheney a aussi assuré que les Etats-unis resteront « très activement engagés» dans les efforts de paix conduits au Proche-Orient par Anthony Zinni, qui a évoqué des progrès vers l’obtention d’une trêve. Sharon a « promis », de son côté, que dans ce cas, l’Etat hébreu léverait l’interdiction de voyager qui pèse sur le président de l’autorité palestinienne.
Sur le terrain, l’armée d’occupation israélienne a annoncé mardi avoir achevé son retrait des territoires palestiniens qu’elle avait réoccupés, un préalable posé par les Palestiniens pour discuter d’un cessez-le-feu. Une information aussitôt démentie par un responsable de la sécurité palestinienne qui a affirmé que « jusqu’à présent, l’armée israélienne n’a pas retiré les troupes qui sont stationnées à Beit Hanoun et Beit Lahia » dans le nord de la bande de Ghaza. Des témoins ont également affirmé que «des chars et des jeeps israéliens» étaient toujours visibles dans ces régions.
L’accord de principe sur ce retrait a été décidé lors d’une réunion entre hauts responsables de la sécurité israéliens et palestiniens, lundi à Al-Qods, en présence de l’émissaire américain Anthony Zinni. Il est également intervenu après un nouvel appel en ce sens du département d’Etat américain, dont le porte-parole, Richard Boucher, avait déclaré lundi : « nous continuons à attendre un retrait total de toutes les zones sous contrôle palestinien par les forces israéliennes qui y ont pénétré ces dernières semaines ». Et, selon un responsable américain, les négociations sécuritaires israélo-palestiniennes doivent reprendre ce mercredi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *