P.O. : Reprise des contacts sur fond de violences

Salam Fayad, le ministre palestinien des Finances, doit rencontrer lundi Silvan Shalom, son homologue israélien, pour la première rencontre à ce niveau entre les deux parties depuis le raid de Ghaza, a indiqué un responsable palestinien.
Depuis le 22 juillet –date du raid – , les discussions, qui avaient repris au niveau ministériel au milieu du mois autour des questions sécuritaires et financières, étaient en suspens. De son côté, Yaffa Ben-Ari, la porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a affirmé qu’Israël entendait mettre en oeuvre des «mesures humanitaires» promises pour alléger la pression sur la population palestinienne.
En Cisjordanie, dont les zones autonomes ont été réoccupées, ils sont plusieurs centaines de milliers de palestiniens à vivre sous couvre-feu depuis près de six semaines, alors que dans la bande de Ghaza, ils sont plus d’un million sous bouclage. Shimon Peres, le ministre israélien des Affaires étrangères, qui a quitté dimanche Israël pour la France et ensuite les Etats-Unis, doit s’entretenir à ce sujet avec les dirigeants français. Ces mesures, annoncées mais toujours pas appliquées, portent sur le versement par Israël d’une première tranche de près de 40 millions de dollars de taxes dues à l’Autorité palestinienne et la délivrance de permis de travail. A cet égard, quelque 300 jeunes Palestiniens ont manifesté dimanche à Beit Lahm contre le couvre-feu régulièrement imposé sur la ville depuis sa réoccupation par l’armée israélienne il y a près de six semaines, ont indiqué des témoins. Ils ont scandé des slogans contre l’occupation et le couvre-feu, et réclamé «du pain et du lait», se plaignant d’une pénurie de produits alimentaires, selon les mêmes sources.
A Naplouse, des Palestiniens et des volontaires internationaux ont également manifesté contre l’occupation, s’en prenant à un barrage israélien. Officiels palestiniens et experts internationaux se disent alarmés par la dégradation de la situation humanitaires dans les territoires palestiniens, soulignant, entre autres, un problème croissant de malnutrition chez les enfants. Saëb Erakat, principal négociateur et ministre des collectivités locales, a qualifié la situation de «catastrophique». Selon un rapport de l’agence américaine chargée de l’aide étrangère (USAID), non encore rendu public mais circulant dans les milieux diplomatiques et sur un site internet palestinien, 30% des enfants palestiniens de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique et 21% de malnutrition aggravée, contre respectivement 7,5 et 2,5% pour l’année 2000. Sur le plan diplomatique, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a annoncé qu’il rencontrerait une délégation palestinienne au début du mois d’août à Washington, pour discuter de réformes en matière de sécurité.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *