P.O. : Vote historique de l’ONU

Par un vote, dans la nuit de mardi à mercredi, le Conseil de sécurité de L’ONU a fait figurer pour la première fois la mention «Etat palestinien» dans sa résolution 1397. Présentée par les Etats-Unis et adoptée par 14 voix pour et une abstention – celle de la Syrie – elle déclare l’ONU «attachée à la vision d’une région dans laquelle deux Etats, Israël et la Palestine, vivent côte à côte, à l’intérieur de frontières reconnues et sûres». Un texte qui fait figure d’«initiative pour capturer un consensus assez large sur ce que doit être le processus d’un règlement au Proche-Orient», selon John Negroponte, ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU. Ce dernier a ajouté que la mention d’un Etat palestinien ne constituait pas un changement de la politique de Washington, George W. Bush ayant lui-même parlé de son existence.
Accueillie de façon globalement favorable, cette résolution a tout de même été soumise à des conditions, notamment chez les principaux intéressés eux-mêmes. « Un cessez-le-feu est impossible tant que les Israéliens occupent Ramallah et déploient des tireurs d’élite sur le toit des bâtiments pour tuer des civils dans les rues », a ainsi souligné le ministre palestinien de l’information, Yasser Abed Rabbo.
Dans l’ensemble, l’Autorité palestinienne s’est tout de même félicitée de ce vote. « Cette résolution est importante et témoigne pour la première fois d’une unanimité au sein du Conseil de Sécurité sur l’établissement d’un Etat palestinien », a déclaré le conseiller du président Yasser Arafat, Nabil Abou Roudeina. « La résolution est un pas dans la bonne direction », a pour sa part souligné Saëb Erakat, principal négociateur palestinien. De son côté, Nafez Azzam, responsable du Jihad Islamique, a déclaré que « cette résolution pourrait constituer une évolution (…) mais il faut qu’elle comporte une clause mentionnant ouvertement les massacres commis contre les Palestiniens et un appel clair à l’arrêt immédiat de l’agression » israélienne. Au coeur de cette agression, l’occupation de Ramallah par Tsahal a d’ailleurs entraîné un débat houleux mercredi au sein du mini cabinet israélien.
Lors de cette réunion, le ministre de la défense Ben Eliezer a brandi la menace d’un retrait des travaillistes du gouvernement si l’opération militaire en cours à Ramallah, proposée par Ariel Sharon, était reconduite. Ce qui a été le cas…
Yasser Arafat a d’ailleurs qualifié la politique de Sharon de « tactique stupide » (entretien dans le quotidien français Le Figaro)… Cette « pure brutalité » laisse par ailleurs caduques les propos du chef de la diplomatie israélienne, Shimon Peres en faveur d’un arrêt des violences. « Israël accueille favorablement les efforts déployés par les Etats-unis pour inclure dans la résolution du Conseil de Sécurité un chapitre appelant à l’arrêt immédiat du terrorisme et aux incitations à la violence », a-t-il affirmé. « Israël a la volonté de parvenir à un cessez-le-feu immédiat et à une accalmie », a-t-il poursuivi. L’américain Anthony Zinni doit pour sa part entamer ce jeudi une tournée au Proche-Orient avec pour délicate mission, l’obtention de l’arrêt des violences qui ont fait 37 morts ce seul mardi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *