P.O : Zinni menace de claquer la porte

Lors d’une réunion de la Haute commission de sécurité israélo-palestinienne à Jérusalem, le général américain en retraite a déclaré qu’il regagnerait Washington s’il n’y avait « pas de progrès substantiels dans les 48 heures». La menace de Zinni intervient après la mort de cinq palestiniens, tués par l’armée israélienne en Cisjordanie et un nouvel attentat suicide palestinien à Haïfa, dans le nord d’Israël, auquel l’Etat hébreu a promis de répliquer. Quatre groupes radicaux palestiniens, dont les branches armées du Jihad islamique et du Hamas, ont annoncé dans un communiqué la suspension des attentats suicide en Israël jusqu’à la fin du mois de Ramadan, prévue le week-end prochain. Mais, selon le texte, les opérations « continueront dans la Bande de Ghaza et en Cisjordanie, si les chars (israéliens) poursuivent leurs incursions et les hélicoptères leurs bombardements ». Ariel Sharon, le Premier ministre israélien a évoqué une intensification des opérations militaires dans les territoires palestiniens, après l’attentat suicide à Haïfa, qui a fait une dizaine de blessés et tué son auteur. Selon le chef de la police israélienne locale, le kamikaze palestinien, qui a fait exploser une charge dans une station d’autobus à Haïfa, a été blessé avant d’être tué par deux policiers qui s’estimaient menacés. Agé de vingt ans, Nimr Abou Saïfayne, appartenait au Jihad islamique, a indiqué une source sécuritaire palestinienne. Toutefois, aucun mouvement palestinien n’a revendiqué l’attentat. L’Autorité palestinienne a condamné l’attentat de Haïfa et promis d’arrêter et de juger ses commanditaires. De son côté, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a con-damné l’attentat et appelé le président palestinien Yasser Arafat à agir contre le Hamas. Quatre policiers palestiniens ont par ailleurs été tués par des soldats israéliens lors d’une incursion israélienne dans deux localités autonomes du nord de la Cisjordanie. Selon la police palestinienne, les quatre hommes circulaient à bord d’une jeep lorsque des soldats israéliens ont ouvert le feu dans leur direction sans sommation. De même source, on ajoute que les soldats israéliens ont notamment occupé un bâtiment de la force 17, chargée de la protection du président Arafat, et procédé à l’arrestation d’une quarantaine de Palestiniens. Arafat, bloqué à Ramallah, en Cisjordanie, depuis les raids israéliens du 3 décembre, n’a pas participé lundi à la conférence de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) à Doha « parce qu’il devait rester avec son peuple pour faire face à l’agression israélienne », a déclaré le principal négociateur palestinien avec Israël, Saëb Erakat, à la télévision satellitaire qatariote Al-Jazeera. De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, a estimé, concernant la situation au Proche-Orient, que « l’on est revenu au moins dix ans en arrière, mais en pire », en référence aux dix années écoulées depuis la conférence pour la paix à Madrid.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *