Palestine-Israël : Nouvelle séance de négociations

Cette nouvelle séance de discussions intervient au lendemain de révélations en Israël sur la construction de 250 logements dans la colonie de Maalé Adoumim (Cisjordanie) et celle de 500 logements à Har Homa (Jebel Abou Ghneim en arabe), un quartier de colonisation à Jérusalem-est. «Les deux délégations discuteront de la question de l’arrêt total de la colonisation en territoire palestinien, y compris à Jérusalem-est», a affirmé à l’AFP Saëb Erakat, un des négociateurs palestiniens, soulignant que les Palestiniens attendaient «une garantie» israélienne pour stopper ces projets. Israël a tenté de minimiser le feu des critiques. «Nous allons nous concentrer sur l’avancement des négociations. La rencontre devrait porter sur les discussions et aucune des parties ne doit entamer le jeu des accusations », a indiqué un proche de Mme Livni à l’AFP. Les Etats-Unis, parrains de la relance des négociations de paix, ont haussé le ton de manière inhabituelle à la suite des révélations sur la construction de logements à Har Homa, alors que George W. Bush doit effectuer une visite en janvier en Israël et dans les territoires palestiniens, la première d’un chef d’Etat américain depuis 1998. La Feuille de route, le dernier plan de paix international, prévoit dans sa première phase un arrêt de la colonisation israélienne et des violences palestiniennes. «Depuis le début des négociations, nous essayons d’établir une confiance entre les deux parties et de convaincre notre peuple que nous pouvons arriver à une solution à travers le dialogue mais Israël, avec ces agissements, empêche les efforts d’aboutir à un règlement pacifique du conflit», a insisté M. Erakat. «Israël doit choisir entre la voie des négociations et de la paix ou la voie de la colonisation et de l’occupation», a encore dit le responsable palestinien. Mais les dirigeants de l’Etat hébreu estiment que les constructions à Har Homa ne sont pas contraires aux engagements pris, assurant que ces colonies font partie des limites du «grand Jérusalem», incluant le secteur oriental annexé et occupé en 1967.  Par ailleurs, Israël pourrait assouplir les critères permettant de libérer des détenus palestiniens, dans le cadre notamment d’un échange de prisonniers, a rapporté la radio publique.

Ron Bousso (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *