Palestine : Silence, on tue !

Les forces de répression israéliennes ont coupé en trois parties la Bande Gaza et établi des barrages routiers dans le Nord et le Sud du territoire pour y empêcher pratiquement toute circulation automobile palestinienne. Les soldats israéliens ont en outre démoli au bulldozer de nouvelles habitations près du camp de réfugiés de Khan Younes. Ils ont aussi procédé à des arrestations massives en Cisjordanie, dont celle d’un important responsable du Mouvement palestinien Fatah.
Cette situation explosive fait suite à une flambée de violence qui s’est soldée ces derniers jours par plus de 31 morts, 27 Palestiniens et 4 Israéliens. La résistance palestinienne menace de venger les assassinats collectifs opérés par Israël.
Une nouvelle vague d’attentats suicide est à craindre. La Russie, les Etats-Unis et l’ONU se sont dits inquiets de l’escalade rappelant qu’il n’y a aucune solution militaire à ce conflit. «Les batailles de Gaza et de Cisjordanie sont une bonne prophétie pour tous les Palestiniens, l’ennemi ne réussira pas à nous imposer ses solutions et ne réussira pas à obtenir notre reddition», a déclaré hier Abdelaziz al-Rantissi, membre dirigeant du mouvement de libération palestinien Hamas. En tout cas, les assassinats de Gaza pourraient remettre en cause les timides tentatives de relance du processus de paix de ces derniers jours. «Le gouvernement israélien est le seul responsable des conséquences de ses agressions», a déclaré Saëb Arekat. Les tueries continuent ainsi dans les territoires palestiniens occupés par Israël, dans l’indifférence quasi générale, les principales parties prenantes de ce conflit au plan international semblent trop occupées par la préparation de la guerre en Irak et n’entendent sans doute pas, à l’image de l’Administration Bush gêner Ariel Sharon dans son génocide contre un peuple désarmé.
Aux frontières de la Palestine, l’armée syrienne a entamé hier le retrait d’une partie de ses unités stationnées au Liban-Nord depuis 1976, en vertu d’un accord conclu entre les commandements militaires syrien et libanais rendu public dernièrement. Un premier contingent de plusieurs véhicules de transport de troupes syriennes venant des environs de Beyrouth ont transité par Tripoli, chef-lieu du Liban Nord et se sont dirigés vers la Syrie.
Le nombre de soldats retirés n’est pas connu ainsi que les unités concernées. Un communiqué officiel avait simplement annoncé que les commandements syrien et libanais avaient examiné avec le chef de l’Etat libanais Emile Lahoud les plans d’un redéploiement d’unités syriennes dans certaines régions libanaises englobant le Nord du pays et précisant que les mesures décidées seraient appliquées dans un délai d’une semaine. «Le redéploiement entre dans le cadre des accords de Taëf» qui légalisent la présence militaire syrienne au Liban, précise le communiqué.
Concernant les efforts visant à favoriser une reprise des négociations de paix, Israël entend présenter plus d’une centaine d’amendements au document élaboré par le Quartette (USA, Russie, Union européenne, ONU) pour arriver à la création d’un Etat palestinien souverain à l’horizon 2005. Enfin, Ariel Sharon devait rencontrer, vendredi, Amram Mitzna, chef du parti Travailliste, dans une ultime tentative de le convaincre de rallier le gouvernement qu’il tente de former.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *