Parler d’abord aux Chrétiens !

Parler d’abord aux Chrétiens !

Une fois encore, l’association chrétienne «Hommes de Paroles» revient sur son «Premier Congrès Mondial des Imams et Rabbins pour la Paix», prévu à Ifrane, cette fois-ci, du 3 au 6 janvier 2005. Il s’agit de la reprise d’une opération – d’abord politique menée par des «hommes» qui sont loin de la religion, comme par exemple Elie Barnavi, homme de la gauche israélienne, ancien ambassadeur d’Israël à Paris nommé par Shlomo Ben Ami, ministre par intérim, loin de la religion aussi.
Dans une réunion présidée par le Grand Rabbin d’Israël, Richon Letsion, Shlomo Amar, il a été décidé qu’en aucun cas des Rabbins israéliens, ne peuvent participer à une réunion politique non-officielle. Ils seraient prêts à participer à un congrès strictement religieux, avec des Imams pour aborder des sujets de compréhension et de rapprochement entre le Judaïsme et l’Islam, mais en aucun cas, sous le couvert prétentieux de catholiques qui se présentent en coordinateurs, sinon en maîtres face à des religieux «mineurs».
Dans la liste des participants éventuels, dont plusieurs ont nié leur inscription, on ne retrouve que des «Rabbis», des hommes politiques de gauche tous juifs, voire Israéliens. Mais qu’en est-il des «Imams» ou des hommes politiques musulmans voire Palestiniens ? Pourquoi les organisateurs chrétiens parlent-ils «d’un patronage de Sa Majesté MohammedVI, Commandeur des croyants, le soir de l’ouverture»? Ne s’agit-il pas d’un simple «Haut Patronage» traditionnel accordé par un service de la communication par générosité et non par engagement ? Donc, encore une fois qu’en est-il des «100 Imams et Rabbins», alors que la liste relevée par le site Internet «hommesdeparole.org» annonce plus de 150 noms de Rabbins et de politiciens juifs de gauche et plus de 200 religieux et politiques musulmans ? En réalité, il s’agit des noms des «invités» et non des inscrits…
La participation du Maroc à l’oeuvre de la paix est connue et n’a pas besoin d’une telle comédie, qui semblerait à certains, avec exagération, une simple opération «commerciale», profitant de la largesse d’un service marocain d communication. Dans une période de deuil du Premier combattant palestinien, Yasser Arafat, lors d’une mise en place de sa succession institutionnelle et politique, que viendrait faire une immixtion de chrétiens prétendant apprendre aux Palestiniens et aux Israéliens à se parler. Pourquoi seuls des hommes religieux professionnels chrétiens, seraient-ils en mesure d’engager Musulmans et Juifs à se parler. Et surtout à leur apprendre leur science «du monde de la paix et de la réconciliation soit l’essence même de leur religion» ? Pourquoi confondre solution d’un conflit politique, avec «la réconciliation» religieuse ?
Pourquoi ne pas utiliser la foi chrétienne pour apprendre à un chrétien ayant profité de sa religion, notamment, pour sa réélection, -le président George W.Bush-, et exiger l’arrêt de la guerre contre le peuple irakien ? Une telle mission serait beaucoup plus logique et généreuse de «chrétiens parlant aux chrétiens»!…
Et surtout, laissez, aujourd’hui, aux Israéliens et aux Palestiniens s’asseoir et négocier une paix permanente : dans l’indépendance et la liberté au profit de chacun de ces deux peuples. La politique est chose et le débat religieux, une autre. Si une équipe de chrétiens veulent «rétablir» l’acceptation, dans leur différence, des membres des trois religions du Livre, pourquoi dont-on passer par un conflit ?… Pourquoi seuls des chrétiens peuvent-ils prétendre donner des leçons aux Musulmans et aux juifs ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *