Pas de rencontre dans l’immédiat

Réponse du berger à la bergère, les Palestiniens ont fait savoir, par la voix de Mohammed Dahlan, le chef de la sécurité préventive dans la bande de Ghaza, qu’il n’y aurait pas de rencontre tant que l’armée d’occupation ne se retirera pas de toutes les zones autonomes palestiniennes.
Et que si rencontre il y aura, celle-ci devrait également être consacrée à des questions politiques, pas seulement à la trêve.
Et alors que Israéliens et Palestiniens étaient toujours en désaccord dimanche sur les termes d’un cessez-le-feu, l’émissaire américain Anthony Zinni continuait ses efforts pour essayer de convaincre les dirigeants des deux camps à s’asseoir autour d’une même table afin de mettre fin à près de 18 mois de violence au Proche-Orient. Poursuivant sa surenchère devenue coutumière, Ariel Sharon a assuré dimanche qu’Israël ne négociera pas « sous le feu» avec les Palestiniens.
A l’ouverture de la réunion hebdomadaire du cabinet, le Premier ministre israélien a affirmé qu’il n’y aura pas de négociation politique (sur un accord de paix) «sous le feu ». Sharon a fait cette déclaration à la radio en faisant allusion à la mission de l’envoyé spécial américain au Proche-Orient Anthony Zinni.
Et de poursuivre que son « objectif principal est de parvenir au plus vite à un cessez-le-feu sur la base du document Tenet. Le plan du directeur de la CIA George Tenet établit un mécanisme de cessez-le-feu. Censé entrer en vigueur en juin 2001, il est resté lettre morte.
De source gouvernementale, on indique que le Premier ministre israélien a, d’autre part, tenu à souligner que Shimon Peres, le ministre des Affaires étrangères, chargé de négocier avec les Palestiniens avait seulement pour mandat à ce stade de parvenir à un cessez-le-feu. Ce faisant, Sharon se « dédouanait » des critiques de l’aile droite du gouvernement d’union nationale, qui l’accuse d’avoir donné un mandat trop large au chef de la diplomatie.
Ce dernier a affirmé que l’Etat hébreu ne pouvait pas « quitter les territoires si toutes sortes d’attentats terroristes continuent à être lancés » à partir de là. « Si les Palestiniens veulent recevoir les territoires, ils doivent en être responsables », a-t-il déclaré à la radio israélienne.
Sharon a quand même fini par affirmer qu’en cas de cessez-le-feu, Israël s’abstiendrait d’opérations offensives, incursions ou bombardements. Mais en prenant le soin de préciser que l’armée israélienne resterait libre d’agir ponctuellement pour « déjouer des attentats » imminents, en référence à des « liquidations » ciblées d’activistes palestiniens. Tout un programme…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *