Pays-Bas : Wilders maintient ses propos contre les Marocains

Pays-Bas : Wilders maintient ses propos contre les Marocains

Après avoir déclaré vouloir "moins de Marocains" en Hollande, le député anti-Islam Geert Wilders s'est défendu samedi 22 mars, assurant n'avoir "rien dit de mal".

"J'ai dit la vérité, je n'ai pas de regrets et ne présenterai mes excuses à personne à propos de quoi que ce soit", a soutenu Geert Wilders au lors d'un point de presse samedi soir au parlement néerlandais.

 « Je suis resté dans les limites de la loi », a affirmé le député connu pour ses formules incendiaires. Il a ainsi balayé d’un revers de main tout lien avec les nazis alors que certains hommes politiques et médias l'avaient comparé à des « figures abjectes du passé », dont Adolf Hitler, a-t-il déclaré.



Une vague de protestations sans précédent a secoué les Pays-Bas, ainsi qu’une "exode" après que de plusieurs membres du PVV eurent annoncé la démission, ont rapporté les médias néerlandais.



Mercredi soir à La Haye, à la suite d'élections municipales, Geert Wilders avait enflammé ses partisans, leur demandant s'ils voulaient "plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas".

"Moins ! Moins ! Moins !", ont chanté en chœur les partisans, ce à quoi Geert Wilders a répliqué : "nous allons nous en charger".



Le PVV se présentait mercredi dans deux villes des Pays-Bas : il a terminé premier à Almere, et deuxième à La Haye, où siège le gouvernement.



Par ailleurs, des centaines de plaintes avait inondé le parquet jeudi. 
Le député a également souligné avoir été mal compris : "je n'ai jamais dit que tous les Marocains devaient quitter les Pays-Bas, seulement ceux qui le voulaient et les criminels", a-t-il affirmé aux journalistes.



Une page Facebook titrée "Je porte plainte contre Wilders" avait réuni plus de 95.300 mentions "J'aime" dimanche matin.



A noter, que Geert Wilders avait été acquitté en 2011 après avoir été poursuivi pour incitation à la haine, les juges ayant estimé que le député ne pouvait pas être inculpé car ses critiques ciblaient  l’Islam, une religion, et non un groupe ethnique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *