Peres qualifie la question des colonies de marginale

Peres qualifie la question des colonies de marginale

Le président israélien, Shimon Peres, a estimé au Caire que l’expansion des colonies juives de Cisjordanie était une question «marginale» bloquant la reprise des pourparlers de paix avec les Palestiniens. «A la minute même où nous nous mettrons à négocier, il n’y aura plus de nouvelles implantations, il n’y aura plus de terres confisquées», a-t-il dit lors d’un déplacement en Egypte. S’exprimant lors d’une conférence de presse commune avec son hôte, le président égyptien Hosni Moubarak a jugé au contraire que les constructions israéliennes en Cisjordanie occupée depuis 1967 devaient cesser et a appelé Israël à prendre des «décisions courageuses» au service de la paix. L’Egypte et d’autres nations arabes reprochent aux Etats-Unis de ne pas faire le nécessaire auprès d’Israël pour l’amener à arrêter les travaux de construction ou développement des colonies juives. De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu justifie ces extensions par le principe de «croissance naturelle» des familles juives installées dans les colonies.
Réclamant à nouveau un gel total des chantiers dans les implantations, le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, en tournée en Cisjordanie, a exhorté dimanche les autorités israéliennes à en finir avec les faux-fuyants. «Le moment est venu de reconnaître pleinement la nécessité d’un gel total des activités de colonisation du territoire occupé, y compris et surtout à Al Qods et autour», a-t-il déclaré à la presse. Shimon Peres, dont les fonctions sont essentiellement protocolaires, a jugé dimanche que cette question prenait des proportions démesurées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *