Périscope : Blocage

Les Américains s’impatientent. Ils veulent à tout prix que les parties en conflit au Proche-orient commencent à appliquer immédiatement la «feuille de route». Il a ainsi incité le Premier ministre palestinien, Mahmoud Abbas à ne pas attendre que les mouvements armés palestiniens se décident à appliquer un cessez-le-feu et à prendre dès à présent le contrôle de la sécurité dans la Bande de Gaza sans attendre que les discussions sur une trêve aboutissent. Mais, il faut croire qu’Ariel Sharon n’est pas décidé à lui faciliter la tâche puisqu’il vient de faire assassiner un leader du Hamas., malgré les garanties qu’il a données au secrétaire d’Etat américain Colin Powell de s’abstenir de tout acte provocateur.
Accepter de prendre le contrôle de Gaza en matière de sécurité sans qu’il y ait de trêve des groupes armés palestiniens obligerait Mahmoud Abbas, en cas d’opération suicide ou d’attaque anti-israélienne à partir de cette zone, à recourir à la force contre le Hamas ou le Jihad islamique. Or, le Premier ministre palestinien ne veut pas tomber dans le piège que lui tend Ariel Sharon qui cherche à provoquer des conflits inter-palestiniens.  D’où l’importance pour lui que ses pourparlers avec les groupes armés aboutissent. D’ailleurs, ces derniers doivent se réunir incessamment au Caire dans le but de signer un accord prévoyant un cessez-le-feu d’un an en échange d’un arrêt des opérations militaires israéliennes.
Des sources concordantes affirment que le gouvernement palestinien doit annoncer prochainement une trêve dans le cadre d’un accord général prévoyant l’arrêt des agressions israéliennes et une cessation totale de la politique de liquidation des cadres palestiniens. En contrepartie, les mouvements armés palestiniens s’engagent à arrêter durant un an toutes les opérations armées en Israël et dans les territoires palestiniens occupés. Les Américains se chargeront de l’application du cessez-le-feu côté israélien, et l’Egypte, côté palestinien.
Dans l’immédiat, le plus important pour l’Administration américaine est d’empêcher la démission de Mahmoud Abbas de ses fonctions de Premier ministre. George W.Bush, déjà en pré-campagne présidentielle pour un second mandat jette tout le poids de la Maison-Blanche pour réanimer la «feuille de route» qui n’a pas encore vraiment démarré. Condoleeza Rice, la conseillère pour la Sécurité nationale, sera cette semaine au Proche-Orient pour prendre le relais de Colin Powell. L’Administration Bush, qui fait cavalier seul, espère gagner une légitimité régionale pour mieux asseoir sa présence militaire en pensant aux échéances de l’après-guerre d’Irak.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *