Périscope : Enjeux militaires

Le programme nucléaire nord-coréen suscite des inquiétudes notamment aux Etats-Unis qui ont placé ce pays dans « l’Axe du Mal » aux côtés de l’Iran et de l’Irak.
L’administration américaine traite la Corée du Nord de pays totalitaire au régime illégitime qui affame son peuple. Ce qui équivaut pour Pyongyang, qui qualifie Georges W. Bush de «gamin politique attardé», de déclaration de guerre. La question est devenue prioritaire pour Washington : tous les dossiers relatifs à la prolifération nucléaire et balistique auxquels est mêlée la Corée du Nord refont surface. Le dernier régime stalinien de la planète est dans la ligne de mire de l’administration américaine. Cette dernière exige l’inspection des sites nucléaires nord coréens et maintient ce pays dans «l’Axe du Mal».
Mais Kim Jong-il n’est pas chef d’Etat à se laisser manipuler aussi facilement. Il dénonce l’arrogance et le parti pris américains et se referme de nouveau hermétiquement, refusant toute discussion qui l’acculerait à faire des choix sous la menace d’une frappe comme celle qui guète l’Irak.
Dernier foyer de tension issu de la guerre froide, la Péninsule coréenne est à la merci de la moindre provocation. La Corée du Nord, qui se sent menacée, s’enfonce dans son isolement et le peuple coréen, du Nord et du Sud, voit s’envoler une fois de plus ses espoirs de paix et de coexistence. Pyongyang est acculé à se protéger face aux menaces américaines, ce qui n’aidera certainement pas à son désarmement. Pourtant, le dialogue et la conciliation demeurent les seules options réalistes à la solution du problème des armes nucléaires en Corée du Nord. Les discours guerriers et la surenchère entretenue par certains faucons de l’administration américaine ne sont pas les bienvenues dans ce cas d’espèce.Kim Jong-il n’est pas homme à se laisser intimider.
Et puis, pourquoi s’acharner sur ce pays alors qu’Israël développe des armes de destruction massive en toute impunité ? Qui osera demander à l’État hébreu de démanteler son programme nucléaire et balistique de manière vérifiable et de se conformer à la légalité internationale ? Pas Washington en tout cas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *