Périscope : Kamikazes

Le nouvel attentat à la voiture piégée perpétré près de Tel-Aviv illustre une fois de plus qu’Israël, malgré ses agressions et sa répression féroce et malgré les assurances données par Sharon, ne sera jamais à l’abri de ce genre d’opérations kamikazes. Les malheurs du peuple juif proviennent avant tout de ses dirigeants. Jamais la violence que connaissent actuellement Israël et la Palestine n’aurait pu atteindre ce degré sans l’irruption, un 28 septembre 2000, d’Ariel Sharon, entouré de 300 barbouzes dans l’esplanade des Mosquées, haut lieu de l’Islam.
Le lendemain se déclenchait la troisième et la plus longue et plus dure Intifada. Sharon est responsable de milliers de morts, de part et d’autre, car sa provocation délibérée était le prélude à la nouvelle escalade. En fait, les provocations de Sharon et consorts illustrent le vrai problème des Israéliens, l’éclatement interne de l’Etat juif. Tous les indicateurs montrent qu’Israël traverse une crise profonde: économique d’abord : après plus d’un demi-siècle d’existence artificielle, il continue de survivre grâce aux subsides prélevés auprès des contribuables américains. Socialement, il y a une rupture tout aussi prononcée due aux contradictions internes à une société israélienne, socialement très hétérogène.
C’est l’unique Etat au monde qui continue d’importer des citoyens. La diversité ethnique d’Israël est source de malheur. Car, ou il restera totalement uni ou il n’y aura pas d’Israël. Telle est l’équation que personne ne veut poser aujourd’hui à Tel-Aviv et la provocation constante des peuples de la région n’a de sens que si l’on cherche à déplacer cette contradiction.
Le désespoir tue. Quand un militant palestinien décide de se faire sauter et d’entraîner avec lui des dizaines d’Israéliens, il venge l’humiliation de ses frères, la tristesse et la détresse de ses proches. Il a décidé que cette vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Le peuple palestinien est un peuple comme tous les autres, il a le droit à un avenir et à une existence digne.
On a parlé d’holocauste juif. Est-ce une raison pour occulter le traitement que les dirigeants israéliens infligent aujourd’hui au peuple palestinien au mépris de la légalité internationale? Sharon et les autres font avorter toute tentative de règlement juste et durable du conflit. Même Rabin, qui avait décidé de travailler pour la coexistence avec les Palestiniens, a été liquidé. Jusqu’à nouvel ordre, la voie est balisée pour de nouveaux attentats.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *