Périscope : La guerre est programmée

Les inspecteurs des Nations unies sont à pied d’oeuvre en Irak. Leur mission démarre dans des conditions idéales. Ce qui n’empêche pas les Etats-Unis de continuer leurs préparatifs de guerre contre le régime de Saddam Hussein. En témoignent les bruits de bottes entendus jusqu’aux fins fonds du Golfe.
Les leçons de la guerre d’Afghanistan combinées avec l’indigence intellectuelle d’une opposition à Saddam Hussein totalement isolée en Irak, condamnent cette guerre à un lamentable échec. Elle serait aussi sources de malheurs et de bouleversements géostratégiques pour toute la région du Moyen-Orient, et probablement pour le reste du monde. L’évolution sur le terrain confirme qu’en faisant voter la résolution 1441 par le Conseil de Sécurité de l’ONU, l’Administration américaine n’a fait que décaler l’échéance de la guerre en prévision de l’échec des inspections de l’arsenal irakien. Le renversement de Saddam Hussein est devenu tellement prioritaire pour George Bush, que même la lutte contre le terrorisme passe en second lieu.
Aujourd’hui, le seul handicap au scénario américain, apparemment bien huilé, est Saddam Hussein lui-même. Il continue à déjouer les manoeuvres dilatoires de ses détracteurs en permettant aux inspecteurs des Nations unies de travailler à leur guise. Le Président irakien ne cesse de surprendre. Imperturbables, les Etats-Unis continuent quant à eux à préparer leur guerre en biaisant, en sabotant les ouvertures qui éloignent la confrontation et en s’inventant des prétextes.
Le dernier en date est celui des « violations patentes ». Lasse, la communauté internationale ne cesse de dénoncer l’invraisemblance et le manque de sérieux de supposées violations de la résolution 1441 du Conseil de Sécurité. Les pseudo-infractions commises par le régime de Saddam Hussein, imaginées par Washington, ne passent plus dans l’opinion publique internationale.
Les « violations patentes » et les liens supposés de l’Irak avec Al-Qaïda sont subjectifs et peu fiables. Tout comme la possession par Bagdad de la bombe atomique. L’approche américaine, qui comporte d’innombrables impondérables, est pleine de périls car elle jette les bases d’un désaccord qui va bouleverser le modus vivendi actuel. Les Etats-Unis ne peuvent ignorer à quel point leur exaltation guerrière met en danger la paix et la sécurité dans le monde. Une telle guerre n’est pourtant pas inévitable.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *