Périscope : La sale guerre

Du jamais vu dans l’histoire moderne. Un président lance un ultimatum à un autre président pour qu’il s’en aille et comme ce dernier refuse son peuple est en train de subir une guerre meurtrière. Combien de dizaines de milliers de morts le Président américain va-t-il faire en Irak ? Avec le déclenchement de cette deuxième guerre du Golfe, George W. Bush vient de rompre le consensus qui fondait la légalité internationale. Il bafoue cyniquement la Charte des Nations unies. C’est une sale guerre, elle est illégitime, elle est dangereuse. Des innocents, des femmes, des enfants, des vieillards sont en train de mourir.
L’Administration américaine a beau avancer des arguments fallacieux de droits de l’Homme et autre lutte contre la dictature, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une guerre pour la domination, non seulement du Proche-Orient mais du monde entier. Derrière la dimension messianique, que George W. Bush veut donner à la guerre d’Irak se profile la volonté d’ouvrir les champs pétrolifères irakiens à la curée des grandes compagnies américaines et britanniques. Ce qui passe forcément par le remodelage du Proche-Orient où il va falloir installer des régimes à la botte à travers un nouveau rapport de forces international.
Les apprentis sorciers de la Maison-Blanche et du Pentagone veulent rééditer les accords Sykes-Picot et le traité de Sèvres de 1920 qui ont défini la part de chacune des grandes puissances de l’époque des dépouilles de l’Empire ottoman. L’actuelle Administration américaine, flanquée d’un gouvernement Blair en lambeaux, cherche à redessiner les frontières, refaire les régimes et redistribuer les richesses. Ce programme, diligenté par un président convaincu d’être l’exécutant d’une mission divine, ne se limitera pas, partant de cette logique, au seul Irak : c’est un programme fou qui suppose que les Etats-Unis vont en découdre, tôt ou tard, avec la Syrie et l’Iran et qu’ils vont faire son affaire à l’Arabie saoudite.
La guerre menée actuellement pour renverser Saddam Hussein et occuper durablement l’Irak, il ne faut pas s’y tromper, c’est de cela qu’il s’agit, n’est que le premier acte d’un vaste chambardement. Cette guerre est aussi israélienne. Dans l’esprit d’Ariel Sharon et de ses alliés à la Maison-Blanche et au Pentagone, elle devrait à moyen terme régler définitivement le problème palestinien. Évidemment, les armées américaines vont écraser l’Irak en quelques semaines. Mais, qui peut aujourd’hui pronostiquer ce que réserve l’avenir une fois Bagdad annexé par les Etats-Unis ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *