Périscope : Remake

Les fenêtres diplomatiques concernant l’Irak sont en train de se fermer rapidement. Le Président américain et les chefs de gouvernement espagnol et britannique devaient se rencontrer hier aux Açores pour ce qui ressemblait fort à une ultime mise au point avant le déclenchement des hostilités. Bagdad s’y prépare en découpant le pays en zones militaires. Pourtant, la guerre continue de susciter une opposition sans précédent.
Des centaines de milliers de personnes continuent de descendre dans les rues pour dénoncer le sinistre remake de la première guerre du Golfe, une nouvelle version qui confirme que la guerre est inutile. Car, il ne faut pas s’y tromper. Il ne s’agit nullement d’une simple opération de police destinée à chasser Saddam Hussein du pouvoir, comme le prétendent les spécialistes de la désinformation.
Cette guerre sera très coûteuse en vies humaines. Elle va s’abattre sur un peuple, meurtri par deux guerres, et sur un Etat déjà dévasté par un régime dictatorial et par les sanctions économiques. Voilà le pays qui est dans le collimateur de l’oncle Sam. Quel sera le prix à payer pour remodeler le Proche-Orient ?
À quoi ressemblerait cette guerre programmée de longue date en termes de mutilations, ruines, morts et bouleversements de destins. C’est pourquoi, la mobilisation internationale contre cette guerre injuste est si grande. L’Administration américaine, la plus droitière de l’histoire des Etats-Unis, n’a pas prévu une hostilité mondiale aussi massive. Même si quelques généraux agressifs d’un côté et un tyran malade de l’autre venaient à en découdre, la logique de guerre a définitivement perdu une bataille décisive. Celle de la légitimité. Pour la quasi-totalité de l’humanité, les armes ne sont pas un moyen pour résoudre les conflits ou abattre les dictatures.
C’est à un véritable changement de paradigme qu’on assiste à travers l’accélération du rythme de l’histoire qui se traduit par un profond changement des mentalités Nul ne peut pronostiquer l’état dans lequel le monde va se trouver au-lendemain de cette tragique aventure.
L’Irak anéanti au prix humain que nous prévoyons. Les Nations unies ramenées au rôle d’organisation d’enregistrements.
Pour comprendre le système que l’on veut imposer au Proche-Orient, il suffit de regarder du côté de la Palestine. Ce pays tient lieu de symbole. La loi du plus fort s’y applique sans autre retenue que la résistance du peuple palestinien lui-même. Oui, la Palestine est le nouveau laboratoire du monde, selon la philosophie Bush.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *