Plus de 600 morts dans les explosions de Lagos

«Ce qui s’est passé à Lagos est une tragédie monumentale, un désastre national », a indiqué le président nigérian Olusegun Obasanjo, dans une allocution diffusée par les stations de radio locales. « Plus de 600 corps ont été retrouvés (…) principalement des femmes, des enfants et des jeunes» qui se sont noyés dans le canal Oke Afa, dans le nord de la ville, en tentant de fuir le désastre. a ajouté le chef de l’Etat.
L’armée est de son côté accusée de négligence par le gouverneur de Lagos Bola Ahmed Tinubu.
Le quotidien de Lagos Vanguard a fait état de 2.000 morts, tandis que la télévision publique, citant des témoins, a rapporté que de 750 à 1.000 cadavres ont été retrouvés en divers endroits de la ville. aucun de ces bilans n’a pu être confirmé de source indépendante. Les victimes s’étaient précipitées dans le canal dimanche soir pour échapper aux flammes provenant du dépôt de la base militaire voisine d’Ikeja. Et beaucoup se sont noyées, les eaux de ce canal étant plus profondes que ne le laissent penser les jacinthes qui y flottent. L’incendie de ce dépôt, peu avant 18h00 locales (17h00 GMT), a entraîné des dizaines de fortes déflagrations. Les explosions, qui ont secoué tous les quartiers nord de Lagos, brisant même les vitres de l’aéroport international, à dix kilomètres de là, se sont poursuivies jusqu’aux premières heures de la matinée de lundi. Des obus et munitions de gros calibre ont été projetés à plusieurs kilomètres de distance. Selon un porte-parole de l’armée, les explosions ont commencé quand un incendie s’est propagé au dépôt de munitions, situé au milieu d’un quartier très peuplé de la capitale économique du Nigeria. On ignore l’origine de cet incendie, qui s’est déclenché selon des policiers dans une station service, a-ton ajouté de même source.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *