PO : le quartette se Réunit au Caire

PO : le quartette se Réunit au Caire

Les représentants du quartette international pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU) se sont réunis mercredi 15 novembre au Caire. A l’ordre du jour, examiner les moyens pour «relancer le processus des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens».
Selon le département d’Etat, cette rencontre ne représente pas une initiative majeure pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations de paix, au point mort depuis des années, mais il s’agit plutôt d’une occasion de «procéder à une évaluation de la situation».
Un des principaux thèmes de la réunion, selon la même source, concernera les efforts du président palestinien Mahmoud Abbas pour parvenir à former un gouvernement d’union nationale avec les islamistes du Hamas, qui refuse toujours de reconnaître Israël comme l’exige le quartette.
«L’objectif de la réunion est de parvenir à une analyse commune de la situation et à examiner la prochaine démarche, en particulier et quand les Palestiniens formeront un gouvernement d’union», a déclaré de son côté l’émissaire européen à l’AFP.
Par ailleurs, cette réunion a été précédée par une autre rencontre entre le président palestinien, Mahmoud Abbas, et le chef d’Etat égyptien, Hosni Moubarak, au sujet de la formation du futur gouvernement palestinien d’union nationale.
«M. Moubarak espère que la prochaine étape verra la mise en place d’un gouvernement d’union nationale qui parlera d’une seule voix, représentera la position palestinienne et entraînera une relance du processus de paix», a déclaré le porte-parole présidentiel, Souleimane Awad. Ces réunions interviennent alors que la situation est jugée très critique. Une Israélienne a été tuée mercredi, dans la ville de Sderot, par des tirs de roquettes provenant de la bande de Gaza. L’aile militaire du mouvement islamiste Hamas a revendiqué ce tir fatal, en disant avoir ainsi répliqué aux tirs d’artillerie israéliens qui avaient tué 18 civils palestiniens la semaine dernière à Beït Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Israël a menacé ainsi d’élargir ses opérations dans ce territoire palestinien et de faire payer "un lourd tribut" aux responsables de l’attaque.
Rappelons que des tirs d’artillerie de l’armée israélienne ont causé le 8 novembre la mort de 18 civils, dont une majorité de femmes et d’enfants, à Beït Hanoun. Une enquête de l’armée israélienne a mis ces tirs sur le compte d’une «défaillance technique du système radar de l’artillerie».
Prenant la parole devant le Conseil, l’ambassadeur d’Israël, Itzhak Levanon, a regretté «l’erreur tragique qui s’est produite à Beit Hanoun». Il a également estimé que l’Autorité palestinienne portait la responsabilité du drame pour n’avoir pas empêché les tirs de roquettes contre Israël.
La Haut Commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme, Louise Arbour, a indiqué de son côté qu’elle se rendrait en Israël et dans les territoires occupés, où elle s’entretiendra avec les différentes autorités. Les dates de cette visite annoncée en septembre dernier n’avaient pas encore été arrêtées.


 Beit Hanoun : les Etats islamiques
appellent à une enquête


Les Etats islamiques ont demandé mercredi 15 novembre à l’Organisation des Nations-unis de dépêcher une mission dans la bande de Gaza pour enquêter sur le massacre commis par Israël dans la localité de Beït Hanoun. Selon le texte de la résolution présentée au Conseil des droits de l’Homme des Nations unis par 25 pays dont le Bahreïn et le Pakistan, la mission devra s’enquérir "des violations des droits de l’Homme provoquées par les récentes attaques israéliennes, y compris la mort de civils".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *