Pologne : deuil suite à la mort de Kaczynski

La Pologne s’est arrêtée dimanche à midi pour observer deux minutes de silence à la mémoire de son président Lech Kaczynski, tué la veille en Russie dans le crash de son avion avec une partie des plus hauts dignitaires polonais. Dans tout le pays, dont la capitale Varsovie où des milliers de Polonais étaient rassemblés devant le palais présidentiel et l’église de l’Armée, cloches et sirènes d’alerte ont résonné à la mi-journée. La population a ensuite interrompu ses activités, se recueillant en silence. Durant toute la matinée, les Polonais ont continué d’affluer devant le palais présidentiel aux drapeaux en berne. Ils déposaient fleurs, bougies et messages, ou signaient, après une longue file d’attente, un registre de condoléances. «L’élite de notre pays a péri», a écrit l’ancien président polonais Lech Walesa. Des rues du centre de la capitale ont été fermées à la circulation pour permettre aux piétons un accés plus facile. De nombreux offices religieux étaient célébrés à la mémoire des victimes, notamment à Notre-Dame de la Couronne polonaise, l’église de l’Armée dans le centre de Varsovie. Le crash du Tupolev-154 présidentiel samedi à Smolensk, dans l’ouest de la Russie, a décimé le haut commandement des forces armées.
Le chef d’état-major des armeés, ceux de la Marine, de l’armée de l’Air et de l’armée de Terre ont péri dans la catastrophe, ainsi que le gouverneur de la Banque nationale de Pologne, des députés ou encore le président du Comité olympique polonais. Malgré la disparition de tous ces dirigeants, les forces armées et l’appareil d’État continuent à fonctionner, a assuré dimanche le porte-parole du gouvernement Pawel Gras. Selon le ministère des Affaires étrangères, les corps de Lech Kaczynski et de son épouse Maria devaient être ramenés à Varsovie dimanche après-midi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *