Proche-Orient : Construire dans les colonies doit passer par le gouvernement

Le Premier ministre israélien,Ehud Olmert a donné des consignes en ce sens à plusieurs ministères, notamment celui de l’Habitat, et en a informé Washington. «Lors d’une rencontre la semaine dernière entre M. Olmert et le ministre de l’Habitat, Zeev Boim, il a été décidé que ce sera au Premier ministre de donner l’autorisation définitive à tout projet de construction» aussi bien en Cisjordanie qu’à Jérusalem-est, a déclaré aux journalistes un haut responsable qui a requis l’anonymat. «Les appels d’offres existants seront maintenus mais de nouveaux appels d’offres devront recevoir au préalable son feu vert avant d’être publiés», a-t-il ajouté. Interrogé sur ces consignes, le porte-parole du chef du gouvernement Mark Regev a déclaré à l’AFP «qu’il a été décidé de renforcer la coordination entre les différentes autorités responsables» de la construction dans les implantations. Il a affirmé que cette consigne témoigne du «grand souci d’Israël de respecter ses engagements internationaux». Selon la radio militaire, Israël a donné de nouvelles assurances aux Etats-Unis concernant un frein à la colonisation en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-est, avant la venue du président américain George W. Bush en janvier dans la région. M.Olmert se serait notamment engagé à ce qu’Israël ne lance pas de nouveaux appels d’offres pour la construction de logements dans des quartiers de colonisation de Jérusalem-est, en particulier à Har Homa (Jebel Abou Ghneim en arabe). Toutefois, M. Olmert s’est refusé à geler des appels d’offres déjà lancés et en cours de réalisation dans ce quartier, considérant que Har Homa fait partie intégrante de son territoire, suite à l’annexion de Jérusalem-est après sa conquête en 1967. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. Les promesses d’un gel relatif de la colonisation ont été faites avant la visite de M. Bush, en raison du mécontentement de Washington devant la poursuite de la colonisation, y compris à Jérusalem-est. Les Palestiniens ont fustigé ces dernières semaines la poursuite des programmes de construction dans les implantations, faisant valoir qu’elle contredisait l’exigence d’un «gel des activités de colonisation» inclus dans la Feuille de route, le dernier plan de paix international, adopté en 2003, mais resté jusqu’à présent lettre morte.
Depuis l’occupation de la Cisjordanie, en juin 1967, environ 270.000 Israéliens se sont installés en Cisjordanie alors que quelque 200.000 autres habitent dans une dizaine de quartiers de colonisation érigés à Jérusalem

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *