Proche-Orient : Israël libère 429 prisonniers palestiniens

Les prisonniers ont commencé à être libérés à l’aube depuis la prison de Ketziot, dans le désert du Néguev, où ils avaient été rassemblés ces derniers jours. Après les vérifications d’usage par les autorités pénitentiaires et un tampon de sortie apposé sur leur dossier, les détenus sont montés menottés dans des bus avec leurs maigres effets personnels dans des sachets en plastique.
Vingt d’entre eux, originaires de la bande de Gaza, ont été emmenés au point de passage d’Erez, les autres à celui de Beitounia près de Ramallah, en Cisjordanie, d’où ils doivent se rendre à la Mouqataa, le QG de l’Autorité palestinienne où une cérémonie d’accueil est prévue. «Aujourd’hui nous libérons 429 prisonniers», a déclaré à l’AFP Ketziot Yaron Zamir, porte-parole de l’administration pénitentiaire israélienne. «La libération de prisonniers palestiniens aujourd’hui vise à renforcer la direction palestinienne modérée et à favoriser le dialogue politique entre Israël et les Palestiniens», a affirmé à l’AFP Mark Regev le porte-parole du Premier ministre israélien Ehud Olmert. «Nous comprenons qu’il est important d’accompagner le processus de paix de mesures concrètes, et la libération de prisonniers palestiniens est un pas dans cette direction», a-t-il ajouté. Comme dans les cas précédents, aucun des détenus libérés lundi n’est impliqué dans des attaques ayant entraîné la mort d’Israéliens.
La libération des prisonniers par Israël était à l’origine prévue dans les jours précédant la conférence d’Annapolis sur le Proche-Orient, dans l’Etat américain du Maryland, le 27 novembre, mais avait été repoussée pour des raisons non précisées.
Le cabinet israélien avait approuvé la libération des prisonniers avant la réunion en geste de bonne volonté envers le président palestinien Mahmoud Abbas. MM. Abbas et Olmert ont formellement relancé à Annapolis les discussions de paix interrompues depuis sept ans et se sont fixé comme objectif de parvenir à un accord avant la fin 2008. Depuis juillet, l’Etat hébreu a libéré plus de 750 prisonniers palestiniens, y compris ceux de lundi, pour la plupart appartenant au parti Fatah de M. Abbas, affaibli par la prise de pouvoir du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza en juin. Israël a en revanche retardé une livraison de 25 véhicules blindés légers promis à l’Autorité palestinienne, une mesure qui avait également été présentée comme un signe de soutien à M. Abbas.
«La livraison de 25 véhicules semi-blindés aux Palestiniens a été retardée, car ils nous ont demandé de pouvoir les équiper de mitrailleuses lourdes, et notre réponse a été négative», a souligné à l’AFP Shlomo Dror, porte-parole du Coordinateur des activités israéliennes dans les territoires palestiniens.

Mehdi Lebouachera (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *