Proche-Orient : Israël : Pas de danger de guerre avec la Syrie

Le ministère de la Défense israélien s’est de nouveau efforcé samedi d’apaiser les tensions avec la Syrie en écartant tout «danger de guerre», après des informations sur un récent raid aérien de l’Etat hébreu en territoire syrien. «Il n’y a pas de danger de guerre», a affirmé sur la radio publique le général de réserve Amos Gila, conseiller politique au ministère israélien de la Défense. «Sur le Golan (occupé par Israël depuis 1967), Tsahal a décidé, ce n’est pas un secret, de revenir à une pleine capacité opérationnelle pour parer à toute éventualité dans le futur», a-t-il poursuivi. «Israël demeure sur le qui-vive mais il n’y a pas de danger de confrontation directe entre Israël et la Syrie car les deux pays n’y sont pas intéressés», a-t-il souligné. Il s’est refusé à tout commentaire sur le récent raid israélien en territoire syrien. Selon des informations de la presse américaine et britannique, l’aviation israélienne a bombardé le 6 septembre un site soupçonné d’abriter des activités nucléaires. Cette opération aurait été menée après un échange d’informations avec les Etats-Unis. Evoquant, par ailleurs, les récentes fausses alertes aériennes successives sur le front syrien, le général de réserve Amos Gila a déclaré : «Il y a eu des incidents isolés qui n’ont pas de conséquences vu que les deux pays ne veulent pas la guerre». Du côté syrien, le vice –président syrien Farouk al-Chareh a affirmé, samedi, que les informations publiées sur le récent raid aérien de l’Etat hébreu en territoire syrien visent à «justifier une agression» prochaine contre la Syrie. «Ceux qui continuent à parler de ce raid et à inventer des choses inexactes, visent à justifier une agression dans l’avenir contre la Syrie», a affirmé M. Chareh lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue irakien Adel Abdel Mehdi qui a achevé, samedi, une visite de trois jours en Syrie. «Ils sont en train de manipuler l’opinion publique pour lui faire croire que ce pays (Israël) ne veut pas la guerre. Ils sont en train de mentir sur cette question», a poursuivi M. Chareh. «Tout ce qu’on a dit sur ce raid est faux et vise à mener une guerre psychologique qui ne trompera pas la Syrie. Certains en Israël espèrent ainsi réparer l’échec de l’armée israélienne l’année dernière face à la résistance libanaise du Hezbollah», a estimé M. Chareh. Le vice-président syrien a également dénoncé «des parties arabes ou internationales qui écrivent sur des choses qui ne sont pas arrivées et affirment qu’il y a eu des tués nord-coréens ou autres» lors de ce raid. Concernant la prochaine réunion internationale sur le Proche-Orient proposée par les Etats-Unis pour régler le problème israélo-palestinien, M. Chareh a indiqué que la Syrie souhaite que «toute réunion internationale doit être fondée sur les résolutions de l’ONU, l’initiative de paix arabe, le retrait (israélien) des territoires arabes occupés et l’édification d’un Etat palestinien indépendant».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *