Proche-Orient : Israël pourrait payer le prix fort pour une offensive à Gaza

Si l’armée israélienne met à exécution ses menaces de vaste offensive dans la bande de Gaza contrôlée par les islamistes du Hamas, elle devra faire face à une résistance sans précédent de la part d’une armée de combattants aguerris et bien équipés , estiment des responsables. Le nombre relativement élevé de pertes israéliennes durant de récents raids dans la bande de Gaza, avec la mort de trois soldats et de dizaines de blessés, illustre le fait que les activistes palestiniens ont mis au point de nouvelles tactiques et armes. Des experts estiment que l’armée israélienne serait confrontée à des roquettes anti-chars, à des mines, et à des combattants aguerris, déployés dans des tranchées et des positions bien fortifiées. Une vaste offensive semble toutefois inéluctable alors que les attaques terrestres et aériennes des derniers mois n’ont pas permis de mettre un terme aux tirs de roquettes de la bande de Gaza vers le territoire israélien.
Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a averti mardi que «chaque jour qui passe nous rapproche d’une vaste opération à Gaza». Mais le Premier ministre Ehud Olmert, qui mène des négociations intensives avec le président palestinien et chef du Fatah Mahmoud Abbas en vue d’une réunion internationale prévue le mois prochain aux Etats-Unis, a pour le moment refusé de donner son feu vert. «D’un point de vue militaire, chaque minute qui passe est une perte de temps. Mais des considérations politiques telle que l’approche de la réunion de paix internationale ont reporté le lancement d’une opération», affirme le général de réserve Jacob Amidror. Ehud Olmert hésiterait également en raison des pertes qu’une telle opération pourrait provoquer alors que sa cote a été sérieusement affectée par la guerre au Liban contre le Hezbollah de l’été dernier.
De hauts responsables de sécurité israéliens estiment que le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin, s’est doté d’une force militaire basée sur le savoir-faire iranien et des tonnes d’armes passées en contrebande par des tunnels à partir de l’Egypte. «Le Hamas s’arme. Nous ne l’ignorons pas et nous le ressentons sur le terrain», a affirmé lundi le commandant de la région de Gaza, le général Moshé Tamir. La supériorité militaire d’Israël en équipement, hommes et expertise, pourrait toutefois être battue en brêche par quelque 8.000 militants du Hamas entraînés à la guérilla sur le modèle du Hezbollah libanais.
Pour se préparer à une possible offensive israélienne, qui se traduirait par une attaque de chars et des raids aériens, le Hamas a renforcé ses défenses.

Ron Bousso (AFP)
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *