Proche-Orient : Israël poursuit la colonisation malgré les négociations de paix

Le ministre des Retraités, en charge des affaires de Jérusalem, Rafi Eitan, a confirmé que le budget de 2008 prévoit la construction de 250 logements dans la colonie de Maalé Adoumim en Cisjordanie et celle de 500 autres logements à Har Homa, un quartier de colonisation dans le secteur oriental annexé de Jérusalem. Auparavant, le mouvement israélien la Paix Maintenant avait révélé que ces constructions avaient été budgétisées pour un montant de 25 millions USD. Le budget de l’Etat pour l’exercice 2008 doit être approuvé cette semaine en deuxième et troisième lectures à la Knesset (Parlement). «Nous avons toujours dit que nous pouvons construire à Har Homa, qui se trouve à l’intérieur des limites municipales de Jérusalem» unilatéralement fixées par Israël en 1967 dans un secteur annexé de la Cisjordanie, a réagi M. Eitan à la radio militaire. «Il peut y avoir des problèmes pour Maalé Adoumim, mais nous voulons poursuivre l’extension naturelle dans les grands blocs» d’implantations, a-t-il poursuivi. La ministre travailliste de l’Education, Youli Tamir, a de son côté affirmé à la presse qu’il existe un consensus en Israël pour que les deux implantations de Maalé Adoumim et Har Homa «fassent partie du territoire souverain d’Israël», dans le cadre des grands blocs d’implantations que l’Etat hébreu entend garder sous sa coupe lors d’un règlement permanent.
Yariv Oppenheimer, porte-parole de La Paix Maintenant, s’est de son côté élevé contre «la poursuite de la colonisation, qui menace les pourparlers de paix avec les Palestiniens». Interrogé par l’AFP, Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a exigé du gouvernement israélien qu’il stoppe «au plus vite» sa politique de colonisation. «Israël continue de créer des problèmes sur la voie de négociations réelles, et ne veut pas d’une paix juste et permanente dans la région» a-t-il ajouté.
Israéliens et Palestiniens ont tenu le 12 décembre une première séance de discussions, conformément aux décisions de la conférence du 27 novembre à Annapolis (Etats-Unis). Ces pourparlers censés reprendre lundi sont basés sur la «Feuille de route», un plan international de paix par étapes prévoyant dans sa première phase le gel de la colonisation et l’arrêt des violences.
La poursuite de la colonisation israélienne a déjà été la source de frictions ces dernières semaines avec l’administration américaine, alors que
M. Bush est attendu début janvier en Israël et dans les territoires palestiniens.
Israël s’était attiré les foudres des Palestiniens, et avait suscité le mécontentement de Washington et des Européens en annonçant la mise en chantier de 307 logements à Har Homa (Jebel Abou Ghneim, en arabe), alors que s’ouvraient les négociations de paix après Annapolis. Pour la communauté internationale, toutes les colonies dans les territoires palestiniens sont illégales, construites avec ou sans feu vert des autorités israéliennes.

• Charly Wegman (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *