Proche-Orient : une situation désarmante

Proche-Orient : une situation désarmante

Les soldats israéliens ont tué un Palestinien âgé de 19 ans, jeudi matin, après que la victime et neuf autres personnes eurent pénétré sur une base militaire israélienne située dans le nord de la Cisjordanie et devant être évacuée dans les prochains jours, ont déclaré des responsables de la sécurité palestinienne.
D’après les responsables palestiniens, Allah Khamtouni et neuf autres Palestiniens sont entrés par erreur dans la base de Mevo Dotan, près de la ville de Djénine. Ils avaient cru que les lieux avaient déjà été évacués.
Cette base doit être démantelée dans les prochains jours dans le cadre du plan de retrait israélien, qui s’est déjà traduit par l’évacuation des colonies voisines de Homesh et de Sanur.
Le colonel israélien Shmolik Kalmi a donné une version des faits digne d’un film hollywoodien du genre «Residente Evil». Selon lui, Khamtouni et un groupe de gens sont arrivés en courant sur la base. Les soldats du Tsahal auraient ensuite tiré des coups de sommation mais les infiltrés ne se sont pas arrêtés, a-t-il déclaré.
Ce responsable israélien a expliqué que les soldats craignaient que les Palestiniens ne portent sur eux des ceintures d’explosifs. Ils auraient visé les jambes de Khamtouni, mais ce dernier s’est baissé au moment du tir et a été touché à l’épaule.
Cet incident survient au lendemain des déclarations d’un haut responsable du département d’Etat américain, qui a estimé que l’action de l’Autorité palestinienne en matière de sécurité est loin d’être satisfaisante.
«Bien que le président Mahmoud Abbas ait pris des mesures pour établir son contrôle, la performance de l’Autorité palestinienne jusqu’à présent a globalement été loin d’être satisfaisante,» a déclaré David Welch, secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires moyen-orientales, lors d’une audition à la Chambre des représentants.
«L’Autorité palestinienne doit agir rapidement pour établir l’ordre et prendre des mesures pour démanteler l’infrastructure terroriste. Des Etats de la région comme la Syrie et l’Iran doivent cesser de soutenir des organisations palestiniennes extrémistes qui entravent la paix, et les progrès doivent continuer pour la tâche essentielle de réforme des services de sécurité palestiniens sous un commandement civil unifié,» a ajouté M.Welch.
Réuni à New York en marge de l’Assemblée générale de l’Onu, le Quartette (Etats-Unis, Nations Unies, Union européenne, Russie) avait appelé Israéliens et Palestiniens à intensifier leurs contacts pour tirer les bénéfices du retrait israélien de la bande de Gaza.
Lisant un texte au nom du Quartette, le secrétaire général de l’Onu Kofi Annan a pour sa part affirmé qu’en définitive, ceux qui veulent participer au processus politique ne devraient pas être engagés dans des activités armées ou dans des milices, car il existe une contradiction fondamentale entre ces activités et l’édification d’un Etat démocratique. Par ces propos, Kofi Annan faisait allusion aux groupes radicaux palestiniens, notamment le Hamas et le Jihad islamique qui refusent de déposer les armes dans la bande de Gaza en dépit du retrait israélien. Après ce retrait, achevé le 12 septembre, l’Etat a conservé le contrôle de l’espace aérien et maritime de Gaza. Il a aussi décidé de fermer le point de passage entre le territoire palestinien et l’Egypte pour les six mois à venir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *