Proposition saoudienne : Le sens d’une lettre

Le prince héritier saoudien avait indiqué dimanche au New York Times qu’il s’apprêtait à prononcer au Sommet arabe de Beyrouth, prévu fin mars, un discours proposant des «relations normales avec Israël » en échange d’ «un retrait total d’Israël des territoires arabes occupés conformément aux résolutions internationales», mais qu’il avait «changé d’avis quand Ariel Sharon a porté les actes de violence à un niveau sans précédent».
Néanmoins, l’idée a fait son chemin et elle n’a laissé personne indifférent. En se disant prêt à appuyer une normalisation entre les pays arabes et Israël le prince Abdallah Ben Abdelaziz a envoyé un message de paix au peuple israélien. Une idée qui frappe surtout par son timing. Avant le sommet arabe.
C’est un message politique adressé aux Etats-Unis et en même temps au peuple israélien pour leur dire que, contrairement à ce que prétend Ariel Sharon, les Arabes veulent la paix.
Une proposition saluée globalement dans le monde arabe, en particulier dans le Golfe, mais également ailleurs et notamment par Paris. Hubert Védrine, le ministre français des Affaires étrangères estimant qu’il s’agissait d’ «idées constructives et très positives». Et de relier la «convergence entre différentes idées européennes avancées et la récente initiative saoudienne ». Pour leur part, les Etats-Unis ont qualifié de « significative et positive » l’ouverture que serait prête à faire l’Arabie Saoudite pour normaliser ses relations avec Israël, mais sont toutefois restés prudents.
Le chef de la diplomatie israélienne Shimon Peres a de son côté qualifié l’initiative de Ryad d’ «intéressante et positive, alors que Yossi Sarid, le chef de l’opposition israélienne, l’a de son côté qualifiée d « audacieuse» exhortant Israël à y répondre officiellement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *