Ramallah : Retrait israélien imminent

Binyamin Ben Eliezer, le ministre israélien de la Défense, qui s’exprimait à la radio publique à l’issue d’une réunion de la commission parlementaire des affaires étrangères et de la défense, a souligné que le retrait serait achevé une fois que les Palestiniens recherchés par Israël et se trouvant dans le QG de Yasser Arafat seront transférés dans une prison palestinienne, gardée par des Américains ou des Britanniques. «J’estime que d’ici quelques jours, quand un endroit (pour les incarcérer) aura été trouvé en territoire palestinien et que le dispositif pour les surveiller sera en place, nous évacuerons alors totalement le terrain et, à compter de ce moment, Arafat pourra aller où il veut », a déclaré le ministre. Il a émis l’espoir que la levée du siège du président palestinien n’amènera pas de nouveaux attentats mais permettra de remettre le conflit israélo-palestinien sur la voie d’une solution politique.
Tel-Aviv avait accepté dimanche une proposition américaine visant à lever le siège du QG du président Arafat à Ramallah, en Cisjordanie, et consistant à faire garder par des Américains ou des Britanniques, dans les territoires autonomes, six Palestiniens présents dans le QG et recherchés par Israël.
Les palestiniens ont accepté, sous certaines conditions, cette offre. Israël exigeait jusqu’ici que les 6 hommes lui soient remis. Il s’agit de cinq membres du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) impliqués dans l’assassinat d’un ministre israélien et d’un proche de M. Arafat, accusé par Israël de trafic d’armes pour le compte de l’Autorité palestinienne.
Sur le terrain, l’armée israélienne a occupé dans la nuit de dimanche à lundi la ville d’Al-Khalil (Hébron), en Cisjordanie, tuant huit Palestiniens. L’un des tués est Rajaï Abou Chami, un membre des brigades des martyrs d’Al-Aqsa, principal groupe armé issu du mouvement Fatah. Les autres victimes sont des policiers ou des civils sans armes.
A cause du couvre-feu, certains corps gisaient sur place et n’avaient pu être identifiés avec certitude. Une vingtaine d’autres habitants d’Al-Khalil, 120.000 habitants, la plus peuplée du sud de la Cisjordanie, ont été blessés par l’armée lors d’échanges de tirs avec des membres de la résistance palestinienne. Des ambulances palestiniennes ont du attendre plusieurs heures avant d’obtenir lundi matin l’autorisation de l’armée pour évacuer des blessés vers des hôpitaux, a-t-on indiqué auprès d’organismes humanitaires internationaux opérant à Al-Khalil. Selon des témoins, les affrontements les plus graves se sont produits autour d’un bâtiment dans la partie sud de la ville où l’armée a blessé et capturé deux membres des brigades des martyrs d’Al-Aqsa, selon des témoins.
L’occupation s’est achevée à l’aube. Dix-sept Palestiniens ont été arrêtés dans la ville soumise à un couvre-feu. Al-Khalil était la seule ville avec Ariha (Jéricho) à ne pas avoir été occupée par l’armée israélienne depuis le lancement de l’opération «Rempart» le 29 mars. D’autre part, un Palestinien âgé d’une trentaine d’années a été tué lundi matin par un tir israélien alors qu’il se trouvait retranché dans la basilique de la Nativité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *