PROMO ALM
PROMO ALM

Rapt et torture par un gang en France : 13 interpellations

L’affaire a suscité l’émoi au sein de la communauté juive, à laquelle appartenait la victime, mais le procureur exclut pour l’instant un mobile antisémite.

Enlevé le 21 janvier, Ilan Halimi, 23 ans, avait été découvert lundi agonisant près d’une gare de la banlieue sud de Paris.

Retrouvé nu, bâillonné, menotté et couvert de traces de tortures et brûlures sur 80% du corps, ce jeune vendeur d’un magasin de téléphonie était mort pendant son transfert à l’hôpital.

Selon le procureur, "le mobile affiché du groupe était d’obtenir de l’argent". "Au moment précis où nous parlons, le mobile antisémite n’est pas avéré", a souligné le procureur devant la presse.

Il a indiqué que le jeune Ilan avait vécu la "répétition de scènes connues par ailleurs", faisant allusion à des images de prisonniers en Irak. Le jeune homme a ainsi notamment été séquestré "nu, le visage couvert".

Le chef du gang a été identifié mais est toujours en fuite, a précisé le procureur.

Youssef Fofana, un Noir de 26 ans, qui se fait appeler "Brain of barbarians" (le cerveau des barbares), est un "individu extrêmement dangereux" qui a de nombreux "antécédents" judiciaires, a-t-il ajouté.

Parmi les treize personnes interpellées, âgées de 17 à 32 ans, 12 l’ont été en France, essentiellement dans une cité de la banlieue sud de Paris, à Bagneux, où a été séquestrée la victime dans un appartement, et une autre en Belgique.

Le chef du gang recherché a "eu l’affront d’appeler hier des proches d’Ilan Halimi (après la découverte du jeune homme lundi, ndlr) pour les menacer de mort s’ils ne versaient pas la rançon", a précisé le procureur.

Les ravisseurs avaient d’abord réclamé 400.000 euros, avant de ramener leurs prétentions à 5.000 euros.

La série d’interpellations effectuée dans la nuit de jeudi à vendredi par plus de 150 policiers a été rendue possible grâce aux déclarations d’une jeune femme blonde qui s’est livrée à la police après la diffusion de son portrait-robot, a précisé le directeur de la police judiciaire François Jaspart.

Elle a avoué avoir attiré de jeunes garçons, mais affirme ne pas avoir su ce qu’ils encouraient. Les enquêteurs ont indentifié 6 ou 7 cibles du gang, y compris Ilan Halimi.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a appelé la communauté juive à "garder son calme" avant l’enterrement ce vendredi du jeune Ilan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *