RDCongo : L’opposition monte au créneau

La police a dispersé jeudi matin à Kinshasa des centaines de militants de l’opposition qui entendaient protester contre la prolongation de la transition en République démocratique du Congo (RDC), initialement prévue ce jour mais dont la fin a été repoussée à décembre 2005. "Les rassemblements sont systématiquement dispersés, à coups de grenades lacrymogènes, matraques et éventuellement par des tirs de balles en plastique. Il y a eu des blessés mais aucun mort jusqu’à présent", a déclaré le général Benjamin Alongabony, adjoint du chef de la police nationale.
Une cinquantaine de manifestants ont été interpellés au cours de la matinée et des tirs ont été entendus dans différents quartiers de la ville. Depuis environ 8h00 GMT, des groupes de militants, allant de 100 à 300 personnes, se forment dans différents quartiers de la ville pour répondre à l’appel du premier parti d’opposition en RDC, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi.
Le vieil opposant au régime de Mobutu a décrété "la fin de la transition" politique lancée en 2003 en RDC au 30 juin, date à laquelle devaient initialement être organisées des élections générales. La "marche pacifique" de l’UDPS contre la prolongation de cette transition (jusqu’au 31 décembre 2005) n’a pas été autorisée par les autorités au motif que l’objet de cette manifestation est "une remise en cause, illégale, du processus de transition". Dans la commune de Kalamu (sud), des affrontements ont opposé pendant plus d’une heure plusieurs centaines de manifestants et les forces de police. Un étudiant aurait été sérieusement blessé, selon des témoins. Dans la commune de Ngafula (sud), la police a chargé une centaine de militants de l’UDPS, faisant au moins un blessé selon un témoin, qui a précisé que la police n’avait pas fait usage d’armes à feu. Dans la commune de Bandalungwa (centre-ouest), un autre groupe de manifestants a également été dispersé à coups de grenades lacrymogènes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *