Reproches aux pays balkaniques sur le Kosovo

Le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic, a vivement reproché jeudi aux pays balkaniques qui reconnaissent ou envisagent de reconnaître le Kosovo indépendant d’avoir trahi la solidarité régionale pour se ranger du côté des Etats-Unis et de l’Occident.
«C’est une honte car au lieu de se rallier sous le drapeau de la solidarité régionale, certains ont choisi de se mettre du côté de ceux à l’extérieur de la région qui traitent de la même manière la force et la justice», a-t-il déclaré à Sofia lors de la première réunion ministérielle régionale depuis la proclamation de l’indépendance du Kosovo.
Qualifiant son pays de « victime d’un chantage ethnique», Jeremic a assuré que «le Kosovo demeurera à jamais une part de la Serbie» car Belgrade «ne cèdera pas».
La Serbie considère la province du Kosovo, peuplée à plus de 90% d’Albanais et d’une minorité de 180.000 Serbes, comme le berceau de sa culture et de son histoire. Le chef de la diplomatie serbe a également averti les pays des Balkans qu’ils allaient devoir «subir les conséquences d’un choix pervers», celui d’obliger la Serbie à «choisir entre le Kosovo et l’Europe».
«En fin de compte vous avez été mis en situation de choisir entre la Serbie et le Kosovo», a-t-il souligné. Deux pays de la région – l’Albanie et la Turquie – ont reconnu l’indépendance du Kosovo, tandis que la Bulgarie et la Croatie sont prêts à la reconnaître et que la Grèce et le Monténégro ont exprimé des réserves. La Serbie, la Roumanie, la Bosnie-Herzégovine, la Moldavie et Chypre s’opposent à la reconnaissance de l’Etat autoproclamé. Le ministre serbe a, par ailleurs, affirmé que «le Kosovo ne sera membre ni de l’ONU ni de l’OSCE (…) Il n’obtiendra jamais ce statut ultime de légitimité».
A Sofia, Serbes et Kosovars étaient assis pour la première fois à la même table depuis la proclamation de l’indépendance unilatérale du Kosovo, en la personne de Jeremic et du président de la Chambre de commerce du Kosovo Besim Beqaj, membre de la délégation de la Mission de l’ONU au Kosovo (MINUK).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *